Parler pour ne rien dire….

Publié le par letang-moderne

n-importe-quoi-.jpgOn pourrait penser qu’il s’agit de la chose la plus facile au monde. Mais il n’en est rien. Ainsi lorsque Cécile Duflot se rend hier soir au journal de France 2, elle pense comme tout le monde qu’il s’agit d’une promenade de santé puisque sa feuille de route est claire : parler et ne rien dire.

Sauf que sa tirade  dans laquelle elle tente de nous prouver qu’elle n’a pas à se prononcer sur le traité parce qu’elle est ministre et pas députée…. En dit long….

Il en dit long sur le bagout de la ministre, baratin, bla-bla, délayage, phraséologie, prolixité, radotage, redondance, remplissage et verbosité montrent à l’évidence combien il est impossible de défendre l’indéfendable. Hamon qui se trouve dans la même situation a choisi une autre technique : le mutisme ! Silence aphasique qui permet au chaland de se dire en son for intérieur : « il n’en pense pas moins celui-là »

Or, c’est justement là que Cécile Duflot a loupé son interview... Si tout le monde a bien compris qu’elle n’avait rien à dire, c’est bien qu’elle a dit cela. Et ne « voulant rien dire » elle a expliqué parfaitement à tous les spectateurs que cela n’avait « aucun sens ». En élevant  ainsi le niveau atteint par la chose politique au summum de la plus  pure fantaisie,  elle a révélé et crédibilisé le  niveau de mascarade atteint par la bande à Lollande en moins de 5 mois !

Sortie sans autres conséquences politiques, puisqu’il suffit de lire les journaux, il n’y a pas besoin de se décarcasser le traité sera adopté, les bataillons sarkozystes de l’assemblée et du sénat feront la majorité….  

Une majorité qui les sondages le disent, plébiscite Valls, réclame du gaz de schiste dans la tuyauterie, du nucléaire dans les brosse à dents, des OGM dans le epr.jpgsoja ! Une majorité qui veut réduire  les congés maternels et baisser l’insupportable cout de travail ! Une majorité qui saute de joie devant la baisse du coût de l’essence et les augmentations de la facture de gaz, une majorité qui n’en revient pas de voir sa feuille de paie connaître une telle augmentation, une majorité qui ne se fait aucune  inquiétude sur l’avenir de ses enfants tant elle est rassurée par la certitude du plan de relance de 120 milliards arraché à l’Europe !

En tournant à ce niveau de dérision l’engagement sincère des écologistes, des associations, des citoyens, la ministre Cécile Duflot fait  ronfler le vacarme de la vexation en faisant résonner les bruissements de l’abaissement, de l’aplatissement, de la honte et de la confusion…

Il n’y aura pas que le budget du ministère de l’écologie qui souffrira d’une réduction de crédit sans précédent, ce genre de vacations et de scénarii laissent des traces profondes dans la conscience populaire…

Pourtant, l’éco socialisme que porte le Front de Gauche aux cotés de tant de citoyens engagées dans les luttes quotidiennes pour la sauvegarde de l’humain, d’abord, et de son biotope, en même temps, n’a jamais connu d’actualité plus pressente…

Le plus grand gisement de « redressement productif » aujourd'hui dans notre pays passe par la transition énergétique et la révolution écologique de notre société.

blabla.pngMais elle ne pouvait rien dire sur les 13 réacteurs nucléaires français qui ont déjà atteint trente ans, elle ne pouvait rien dire sur l'achèvement de l'EPR de Flamanville, elle ne pouvait rien dire sur la très attendue réforme du code minier qui semble à l’heure actuelle davantage pilotée par les ingénieurs des mines que par le ministère de l’écologie, elle ne pouvait rien dire face aux premières décisions du gouvernement incapable  à faire face aux lobbies que ce soit à notre dame des landes ou ailleurs..

Comme elle ne pouvait pas parler de tout cela elle a dit l’essentiel : Patati et patata…..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

letang-moderne 27/09/2012 12:15


hjhjhjhj

willycat 26/09/2012 19:06


en communication, le blabla fonctionnera tant que les récepteurs gobent le blabla.

BOUTHILLON 25/09/2012 14:20


Une ministre du logement qui, dixit le titre d'un journal de province ce matin, ne sait plus où elle habite... en tout cas au sein du gouvernement. Soyons chanceux de n'avoir pas eu à abdiquer
devant le dictat ambiant du "rassemblement honteux", en refusant d'intégrer le gouvernement... Nous avons préservé : notre conscience politique.