Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le vote Bayrou consiste à donner un nom au vote blanc !

Publié le par letang-moderne

Pas content et plus indécis que jamais, fort d'un inexplicable écho médiatique, l'homme du centre sort de son shadow cabinet et repart à la conquête des moulins présidentiels de 2012.

Hier, les traitres votaient pour lui, et on comprenait assez bien pourquoi, cet homme libéral et inconséquent ralliait alors à son suffrage ceux pour qui le flou de la campagne de Ségolène Royal pouvait laisser entrevoir des élans de politique de gauche ! N’avait-elle pas annoncé la bougresse la création (toute hypothétique, quand même !) d’un pôle public bancaire !

Non il valait mieux voter Bayrou ! C’était plus sûr !

Mais aujourd’hui  foin de tout cela ! Les traitres de tous bords ont leur candidat !

Hollande n’avait pas fini de remercier ses électeurs des primaires qu’il annonçait tout bonnement un plan d’austérité de 50 milliards d’euros en 2 ans ! Qu’il dénonçait cette promesse démagogique du programme socialiste que fut le retour de la retraite à 60 ans !

Les traitres n’ont donc pas de raison de voter Bayrou !

Dès lors les traitres auraient ils changer de camp ?

 Les électeurs de Bayrou seraient-ils devenus des « Sarko-traitres » ?

Pourquoi faire ? Il suffit de voter Villepin ou Morin (mouhahaaaaa !) Chevènement, Boutin, bref les candidats qui servent à faire perdre sont nombreux ! Pourquoi prendre le risque de faire élire un psychorigide  prétentieux et absolument inconséquent !

Il doit bien y avoir une raison, pour qu’en une nuit cet autre fléau du Béarn, le premier étant le frelon asiatique, puisse passer de 4% d’intention de vote à 14% !

Est-ce le fait (passé par ailleurs assez inaperçu) qu’il ait placé sa campagne sous le signe de la défense des abeilles ?

Non ça c’est à cause du premier fléau….. Oui le frelon … vous suivez ou pas !

Non non, ce n’est pas ça !

 C’est parce qu’il a la solution  sur la dictature des banques, qu’ il propose une nouvelle constitution pour faire face aux menaces de plus en plus concrètes contre la démocratie, sur le pillage des patrimoines nationaux, sur l'explosion imminente de l'euro, sur la débandade de la construction européenne, sur la dégringolade du niveau de vie, sur la montée continue de la pauvreté, de la précarité et du chômage, sur la remise en cause de tous nos acquis sociaux, sur les réformes des retraites, sur le déremboursement des médicaments, sur les guerres d'agression néo-coloniales en Afghanistan, en Libye ou ailleurs,  qu’ il énonce une idée précise et claire sur la sortie du nucléaire !

He..hé..hé…. Hé….. eh   bien non… rien de tout ça non plus ! (en plus cela ne m’honore pas de me moquer des bègues car j’en ai connu un qui était formidable)

Non non et non !

 Et pourtant il doit bien y avoir une raison à cet engouement sondagier qui d’Oloron… Sainte Marie ! aux  Aspilles ….. Sainte Marie ! (d’ouest en est, si vous préférez)   fait qu’un électeur sur cinq se réveille un matin avec cette idée saugrenue de voter pour un Rastignac mal iodé  inutile et fanfaron !

 

C’est ce matin en écoutant à la radio un type qui à l’ordinaire m’amuse assez que j’ai tout compris !

 

Bruno Gaccio ! Lancé ce matin dans une toute aussi désespérante qu’improbable plaidoirie pour le vote blanc !

La meilleure blague est de prétendre que cela permettrait de combattre le Front national en offrant à ses électeurs un moyen de manifester leur vote protestataire autrement. Quelle rigolade ! Outre l'éventuel piège à gogos, tendu précisément par des militants frontistes, ceux qui votent FN savent pourquoi ils votent. Ils votent « Blanc » contre les étrangers, les Noirs, les Arabes, éventuellement les juifs (  Désespérence sociale mon cul!). S'ils veulent protester sans cette option xénophobe, l'offre politique est pourtant suffisante. Il y a plutôt trop de partis ou de tendances, que pas assez. Et si les électeurs du FN ont été de gauche, ils ont le choix de voter pour la gauche ! À moins qu'ils ne soient des électeurs orphelins d'Arlette Laguiller ? J'en doute.

 

L’opération Gaccio à un but, rendre stérile, ôter un débouché politique à cette idée qui monte en même temps que la campagne s’avance, cette idée qu’aucun des candidats du système n’offre d’alternative au diktat des Banksters, ainsi le vote blanc permettrait de détourner de la révolte ceux qui petits à petits ouvriraient les yeux !

La violence imbécile des traitements administrés aux peuples, la morgue des speakers de nos journaux télévises  comparant les ouvriers en grève des aéroports à des terroristes preneurs d’otages  quand il s’agit pour eux de tenter de gagner 1000 euros par mois en travaillant la nuit, le dimanche…. ont maintenant dépassé les bornes, l’invention du vote blanc comme exutoire des justes colères est tout simplement pathétique !

Le risque réel pour toutes les oligarchies  est qu’un peuple, un seul, fasse la démonstration qu’une alternative citoyenne est possible, que la table bouge et qu’il possible, là, maintenant, de la renverser….

C’est la proposition du front de gauche et de sa révolution citoyenne ! Nos propositions les plus immédiates ne demandent qu’un vote  au parlement, en contrôlant les mouvements de capitaux en taxant les transactions financières, en annulant la part monstrueuse de dette illégitime, en laissant les capitalistes à leur irresponsabilité nous ferons changer  la peur de camp et nous ramènerons l’espoir dans celui du peuple !

Le vote blanc, le vote inutile, le vote Bayrou sont la même chose……. Faire durer le système parce que l’on n’a rien d’autre à proposer.

bayrou

Partager cet article

Repost 0

Gérard Filoche l’homme qui parle comme Mélenchon et vote comme Sardou

Publié le par letang-moderne

417764 melenchon-600 460x306

 

La clarté sur les questions sociales et économiques est la clé de la victoire en 2012 : Smic, retraites, 35 h, licenciements, revenu maximum, services publics, école, contrôle public des banques, dette illégitime, juste échange… C’est ce qui fera la différence avec Sarkozy et la droite. Et les solutions aussi fausses que nocives du FN !

Nous ne supportons plus Sarkozy et sa clique de menteurs Woerth et Copé, Nous avons des hauts le cœur lorsque les télés et les radios nous infligent le sale spectacle quotidien  de Marine Morano, et de Jean Marie Guéant… . La coupe est pleine.

 En 16 années, cette droite a ruiné le pays et a réussi à désespérer, écarter, minimiser, minorer atomiser, rendre inutile l’opposition du parti socialiste.

Henri Emmanuelli, silencieux depuis la désignation de Hollande déclarait le 16 octobre commentant la possible désignation de Hollande par les votants de la primaire "ce serait un véritable contresens politique qu’ils regretteront ensuite", avant d’appeler ceux "qui souhaitent que l’emploi et le pouvoir d’achat soient les vraies priorités, que le juste échange assure la protection de nos salariés, que les considérations sociales l’emportent sur l’austérité et les considérations financières, à se mobiliser.

Hollande le « candidat du système » a triomphé des primaires Emmanuelli a disparu !

Gérard Filoche, donne dans la livraison de son blog du 15 décembre les 50 justes raisons de militer pour la retraite à 60ans

Hollande celui qui veut donner du « sens à la rigueur » préfère courir après le moral des agence de notations, rassurer Fitch et cajoler Moody’s et répond par 50 milliards d’austérité supplémentaire !

La candidature Hollande est entrée  dans le typhon de la défaite, les éléments conscients du parti socialiste sont voués à l’impuissance, ils ont capitulé devant les primaires, cette drôle d’idée, qui consiste à faire désigner le candidat de la gauche par une flopée de gens de droite !

Que n’ont-ils pas vu tous ces gens de gauche que de l’Express au Figaro, de voici à match, de Jouyet le traite à Chirac le gaga, toute la burlesque machine du prêt à penser soutenait comme un seul homme le candidat qui avait le moins de chance de faire perdre Sarkosy !

Que n’ont-ils pas vu que celui qui avait transformé le parti socialiste en école du rire, qui avait fait avaler contre l’avis du peuple le mini traité sarkosyen portait en lui le gène, le gout, l’essence de la renonciation !

Jospin avait commis cette erreur d’affirmer que son programme n’était pas socialiste, il en est sorti ce drame du 21 avril, Royal avait préféré tendre la main à Bayrou qui ne la voulait pas, Sarkosy a été élu.

Hollande commence sa campagne là ou ces deux l’on finit !

Il n’y aura pas de sursaut de ce candidat-là, Gérard Filoche s’époumone en vain  à argumenter à tenter de convaincre, il n’a pas compris qu’il y a une tare congénitale dans la candidature qu’il s’apprête à soutenir.

Cette maladie grave est l’acceptation fondamentale du capitalisme comme horizon indépassable !!!

A peine désigné le candidat des socialistes s’est cru obligé de rencontrer en grande pompe Zapatero, symbole de la gouvernance accroché aux affairistes de l’immobilier, il n’avait pas quitté Madrid qu’ on le retrouve à Rome avec Prodi, madone des financiers acrobates et qui s’honore d’administrer au peuple italien une saignée dont il ne se remettra pas ! .

Partout, lorsque ces pitres sont arrivés au pouvoir, ils ont fait le nid de la droite et de l’extrême droite, en Italie, en Allemagne, en Grèce, ils finissent même par gouverner avec eux !

Edouard Herriot avait eu cette phrase : « En politique, il vaut mieux avoir tort avec ses amis que raison avec sesadversaires. »

Je sais combien il est dur aujourd’hui de faire comprendre à nos amis de la gauche du PS qu’il est encore possible de faire gagner la gauche et d’inverser la pente démocrate que leur candidat est en train d’instaurer avec la complicité de toute une partie de la droite qui ne supporte plus Sarkosy.

Alors pour illustrer cette phrase d’Herriot, je veux leur dire, je veux  laisser à leur réflexion cette autre phrase de Michel Sardou interviewé dans le parisien et qui disait ne pas exclure voter Hollande !

fdgetreunefemme2010_sardou.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

Au royaume de Babar !

Publié le par letang-moderne

 

 

 

Que nous raconte les journaux….

 

Qu’espérons-nous de leur lecture ?

Qu’elle nous raconte, au moment ou nous sommes dans les embouteillages que l’on s’entretue dans le désert pour  la maitrise de l’eau !

Pendant ce temps dans le souk de Naplouse  un combattant de l’OLP, regarde sur la télévision du marchand  un reportage sur la vie de merde d’une femme moderne qui peste dans les embouteillages du périph parisien.

En rentrant le soir, qui dans son pavillon, qui dans son bidon ville, l’un et l’autre se regarderont sans défiance, ils se connaissent et partagent une même vie faite de souffrances quotidiennes transformées en clichés pour gobeurs assis.

 

En écoutant TF1 on apprendra sans même sourciller qu’une vice-présidente du conseil régional de Bourgogne propose  - sans rigoler -  de pourvoir au manque de médecin dans  nos  campagnes par une réquisition des vétérinaires….. Devant son feu de camp, mi-broussailles, mi-pneus, notre ami de Naplouse s’inquiète de la santé de son chameau….

Un ami médecin, qui s’y connaît en chameau, mieux que les chameliers  eux-mêmes, lui téléphonera le remède.

 

Demain dans Libération, Sud-ouest et le Parisien on saura si le chameau va mieux…

 

En attendant tout le monde se couche, la bise, extension des feux…

Le périph est fluide, le bédouin retrouve sa femme.

 

Et pendant ce temps le monde croule sous la dette, la banqueroute est là qui frappe à la porte des Etats… au moins une trentaine de pays du sud ont déjà fait défaut face à leurs dettes… tout le monde s’en fout… le Bénin, le mali, «  boukekeland », c’est pas  du tout la même histoire que la Région  Ile de France qui s’apprêterait à perdre son triple A.

 

Et ce jour ou courent les menaces, ce jour où il apparaît que tous les pouvoirs publics, de tous les pays du monde,  se sont laissé berné par la finance et les financiers…. Ce jours où les hommes de pouvoir vont être obligé d’envisager des solutions….

Le partage ? Non  non …les riches n’y sont pas prêts….

La tonte des pauvres ?  déjà fait…  il n’y a plus rien à tondre.. .

Et le chameau qui perd ses poils...  Ce jour là sans doute, ils songent à la guerre… .

 

Et là ce jour là la presse nous alerte….  Les chameaux blatèrent, les voitures s’arrêtent le monde est stupéfait, il y aurait donc un lien, un lien réel,  entre la crise et les expéditions punitives d’Afghanistan, d’Irak, de Lybie et bientôt de Syrie ?

Non le monde est stupéfait, grâce à la presse ce contre pouvoir magnifique, la guerre n’aura pas lieu !

 

Incurie des pouvoirs titre la presse !

 

 Révolution citoyenne crie le peuple, à Tunis, au Caire, à Madrid et même à New-York,  le peuple réclame un nouvel ordre mondial basé sur le partage et la démocratie….

 

Les journalistes sortent leur dossier, ils vont expliquer les mécanismes de la crise, développer le grand débat sur l’organisation des états et du monde… les lumières, la République, la refondation du contrat social …. Ils vont cadencer le grand débat des citoyens !!!!

 

Il n’y aura plus de guerre ni de torture, les cris dans les télés, les jets d’encre à la une le peuple s’empare du débat…..

 

DRING ! DRING ! fait le réveil en sonnant…

 

Pfffeuuu.... mal à la tête… c’est quoi cette mauvaise drogue qui me fait rêver de Babar……

 

J’ouvre Libé, le Monde Sud-ouest…. Bayrou à la Une… 65 % des francais lui font confiance pour sortir la France, l’Europe, le Monde de la Crise…

.

Putain ce rêve de Merde…..  c’est bien le monde de Babar….. et Hollande est bien le candidat de socialistes……

bedoin

Partager cet article

Repost 0

Le vote utile c’est le vote Mélenchon!

Publié le par letang-moderne

Quelle est donc cette étrange histoire…  Que n’ayant jamais changé de cap, je me retrouverais  à la gauche radicale tout comme cette belle chemise de mes 20 ans ne sachant pas  distinguer avec précision  celui qui a grossi de celle qui a rétrécie !

 

De mes 16 ans en 1980, j’ai le gout de la liberté face à la norme, de l’être

talence-

face à l’avoir !

De mon engagement au JCR, à la construction de la jeune gauche, des comités de soldats à la fondation du MDC, de mon opposition à Maastricht, des comités pour le non au Parti de Gauche, toujours le même sillon creusé, celui de la révolte et de l’amour de la liberté, oui il existe et nous le savons, un chemin pour le socialisme démocratique, émancipateur, créateur et distributeur de richesse... 

Il revient aujourd’hui à nos oreilles la musique des années 1978, celle ou on pouvait espérer que la gauche nous décevrait pas.

30 ans après", c'est évidemment le souvenir du 10 mai 1981 et la victoire de la gauche après 23 ans de droite  qui m’interpelle aujourd’hui.

 Tout récit sur le passé est un récit du présent » nous dit jean Luc Mélenchon dans son intervention sur un «  bilan raisonné » des  années 81

Mai 68 avait  abouti sur l’échec de la gauche faute d’« un projet de conquête du pouvoir ».

La retraite à soixante ans, la cinquième semaine de congés payés, l’abolition de la peine de mort, l’augmentation des minima sociaux, la hausse du smic ou les lois Auroux sur les conditions de travail, sont autant de satisfactions face aux aspirations de radicalité que portait le mouvement de 1968 !

Donner du sens à l’aspiration populaire voilà la grande victoire de 1981.

 Intacte, prête a ressurgir à tout moment pour peu que nous sachions ramasser les braises, là où le PS les a enfoui dans l’inconséquence corporatiste d’un syndicat d’élus, et là où l’extrême gauche intelligente et propulsive ( la LCR) les a abandonné dans une dérive sectaire, gauchiste et suicidaire, que pourtant, sur un grand mal entendu , le NPA avait réussi à éloigner le temps d’une campagne pour la constitution européenne.

Bien sûr François Mitterrand s’adapte parfaitement au présidentialisme caractéristique de la Ve République en supervisant l’ensemble et en privilégiant souvent les rapports personnels dans le choix de ses collaborateurs, sans jamais que cela se fasse au détriment des compétences. Le nouveau Président imprime ainsi sa marque à l’exercice du pouvoir et détermine une « méthode Mitterrand ».

La 6 éme République est oubliée et la refondation du contrat social entre la nation et le peuple  sera la grande absente du changement.


 Pourtant, la transition menée par les socialistes est habile, sans heurt, et bien réelle. Comme le chante Barbara : « quelque chose a changé, l’air semble plus léger, c’est indéfinissable […], un homme, une rose à la main, a ouvert le chemin, vers un autre demain ».

Le front de gauche porte aujourd’hui cet espoir, ceux qui veulent bien se donner la peine de regarder de près verront combien nos propositions rencontrent les attentes des millions de Françaises et de Français qui misèrent  sous la pression de trop faibles revenus, ils entendront la voix des mal logé, des mal chauffé, des mal éduqué que l’imbécile règle de contraction des dépenses publiques laisse sur le bord de l’émancipation.

Ceux qui regarderont de près les milliers de femmes et d’hommes qui se pressent à chacune des réunions publiques du Front de Gauche croiseront pour de vrai, le regard de ceux qui espèrent d’un monde meilleur, et qui pour la première fois depuis 15 ans, presque une génération, se disent, de plus en plus fort que c’est possible !

Non nous ne voulons pas donner du sens à la rigueur !

Nous allons reprendre la route du changement là ou en 1983 les grandes conquêtes sociales ont été  stoppées : retraite à 60 ans, cinquième semaine de congés payés, augmentation du SMIC, etc. c’est cette route que nous nous proposons de continuer…

Ni populisme, ni cabinet noir, camarades et amis socialistes, abandonnez vos chefs qui ont cessé de réfléchir pour se vautrer dans la stupidité crasse…

Battez-vous pour vos idées, affirmez avec nous qu’il est possible de récupérer les marges financières que la capital a volé au travail durant les 20 dernières années, rompez avec les compromis pourris que vos grands élus vous font gober, osez refuser l’argent public aux grands groupes qui licencient autrement que dans le discours ! Usez de votre intelligence pour défendre l’école de la République contre les lois fallacieuses même quand elles portent le nom de Jack Lang !

Le changement est là  à portée de main…. Les libéraux et leurs traités sont disqualifiés, ils ont même cassé le rêve européen ! Il ne restera plus rien de nos espoirs si demain nous n’affirmons pas clairement notre volonté de changement !!

Le Front de gauche est là pour ça ! Le vote utile c’est le vote Mélenchon, vos chefs se trompent aujourd’hui comme hier, lorsqu’ils faisaient voter la constitution européenne conte l’avis du peuple, contre votre avis !

Rassemblons-nous, divers et semblables, rassemblons-nous, écologistes et socialistes, rassemblons-nous, communistes et libertaires, rassemblons-nous car la gauche n’a pas le droit de perdre ces élections.

Jean Luc Mélenchon à fait rire toute la France en comparant François Hollande à un capitaine  de pédalo, il était pourtant bien en deçà de la vérité…. Hollande est le capitaine du Titanic ! Il est encore temps de changer de cap !

Partager cet article

Repost 0

Les vieux débats sont des débats de vieux.

Publié le par letang-moderne

 

header

Patrick Pujol est sympa, respectable, il peut être même parfois tout à fait sympathique mais…. Méfiez vous Patrick Pujol est de droite !

Il est de cette droite la plus ancienne, celle qui préfère avoir, plutôt qu’être….. Celle qui trouve l’impôt injuste par nature, car il n’admet pas philosophiquement l’idée même de la répartition….. Celle qui prend prétexte de la crise pour baisser les budgets de la culture, celle qui prend la misère comme une fatalité, une plaie d’Egypte alors qu’elle est la conséquence des choix politiques….

Patrick Pujol est de droite et il est mal entouré, mal entouré par son ami Nicolas Florian, responsable départemental de l’UMP, qui confond les intérêts municipaux avec son obsession de combattre les politiques sociales du conseil général. Mal entouré par ceux qui l’on rejoint en abandonnant leurs valeurs et qui aujourd’hui peinent à exister tant leur engagement se perd dans les méandres de la petite histoire villenavaise !

Patrick Pujol  doit se ressaisir le budget 2012 doit soutenir les villenavais qui misèrent contre  l’austérité, le chômage et la hausse des prix ! 

Lorsqu’i s’agit d’être le Maire de tous, il convient de s’émanciper des intérêts boutiquiers, il convient de regarder loin…. L’arrivée du tramway, la crise du logement, le passage de la LGV, le vieillissement de la population… sont autant de sujet  qui pourraient permettre de dessiner un avenir pour les villenavais…. 

Les vieux débats sont des débats de vieux.

Publié dans villenave d'ornon

Partager cet article

Repost 0

« Si tu fais le mouton …. Tu seras tondu….. »

Publié le par letang-moderne

417764_melenchon-600_460x306.jpg

 

 

Quelle séance mes amis, tu parles d’une aventure toi ! Faire rentrer plus de 3000 personnes dans une salle tellement basse de plafond, que mes camarades de grande taille étaient tellement inquiets qu’ils  étaient tout heureux de se retrouver debout dans la salle surchauffée de la  Médoquine !

Quel meeting, pas un cm2 de libre, Jean Luc Mélenchon a pu hier vérifier qu’il régnait sur Talence une ambiance  méridionale…. On se serait cru à Marseille tant l’accent  « croquignolesque «  du responsable du service d’accueil  fleurait bon les parties de pétanques, la tapenade et le pastis !

Les gens, les amis, les militants des partis de gauche et communistes, les alternatifs, les indignés, les blancs et les noirs, les jeunes  et les retraités  s’étaient donc donné rendez-vous hier soir, à Talence  pour entendre  debout, sans doute, un des  discours les plus aboutis de la campagne de Jean Luc Mélenchon depuis le grand rendez-vous de la place Stalingrad !

Nous avions raison en 2005, lance-t-il  à la foule compact en guise de réponse au projet de traité de Sarkozy, nous avions raison car aujourd’hui l’Europe est dans l’impasse, impasse politique, impasse économique, impasse philosophique !

Oui, je crois qu’il est important de rappeler quelque valeurs, Arnaud Montebourg qui se perd dans son soutien sans faille au candidat des  50 milliards d’économie, qui ne retrouve plus ses petits dans l’accompagnement de celui dont il disait qu’il était le plus grand défaut de Ségolène Royal, Arnaud Montebourg perd les pédales lorsqu’ il compare Merkel à Bismarck, lorsqu’il fait vibrer la peur et la germanophobie…

Qu’il est rassurant mes amis d’entendre Jean Luc  remettre tout le monde dans le bon sens et rappeler que si l’on s’oppose à la politique de l’Allemagne c’est parce qu’elle est de dro

ite !

La salle bouge un peu… il est juste de marteler les fondamentaux, le peuple de

gauche n’a pas de peuple ennemi, les griots du libéralisme divisent, opposent, confrontent. Nous rassemblons, unissons, nous lions les peuples pour construire une Europe riche fraternelle et sociale. Ils ont défiguré le rêve européen, nous construisons avec nos frères et sœurs grecs, nos amis italiens, et nos camarades de  die Linke, les révolutions citoyennes dont la France, l’Europe et le monde ont besoin !

Jean Luc Mélenchon continue : notre rôle est de "briser les reins" des spéculateurs, propose l'harmonisation fiscale par le haut en Europe, propose la taxation des revenus du travail comme ceux du capital, démontre avec  clarté que les politiques d'austérité "ne mènent nulle part", le chemin de croix du peuple grec  en

est la suffisante démonstration !

La salle se redresse, ll ne peut y avoir qu'"un seul camp à gauche : celui du refus de l'austérité" et de la régression sociale.   Il n’existe pas d’austérité de gauche car il s’agit d’une politique de droite, moquant la course aux politiques de rigueur, singeant la danse du ventre des uns et des autres devant les agences de notation, il lance "Si vous faites les moutons, vous serez tondus »

Il y avait hier soir dans cette salle une ambiance retrouvée, celle des femmes et des hommes qui ne baissent pas les yeux, mais pas que ça….

Il y avait cette espérance qui laisse des traits de frissons dans le dos, ce gout

et cette odeur du changement que l’on sent un instant possible ! Oui le discours de Jean Luc Mélenchon transcende les camps et les chapelles, les histoires militantes et les parcours individuels se retrouvent dans la grande espérance  du nécessaire changement, de l’inévitable rupture…..

La salle est debout ! Aux socialistes, Jean-Luc Mélenchon a dit : "C'est nous, le Front de gauche, qui représentons l'alternative, aidez-nous, n'acceptez pas le choix qu'ont fait vos chefs" de "l'alliance au centre", "déguisement de l'alliance avec la droite".

talence-

Mes amis socialistes de la salle, et ils étaient en nombre ont bien entendu ce message, je sais même mieux, la petite musique de la fierté de se retrouver en capacité de faire, ne pas être obligé de renoncer, est arrivée jusqu’à leurs oreilles… 

« Vive la France, Vive la République, vive le socialisme ! »

Musique … L’internationale…

La Salle est Grandie…. La Marseillaise !

Partager cet article

Repost 0