Et c’est encore Cécile Duflot qui gagne un panier garni !

Publié le par letang-moderne

chile.jpgCécile Duflot: répète en boucle «Pas de grands cris! Il faut se garder de toute bataille d'Hernani», Le soir du vote d'EELV, la ministre a posté sur son compte tweeter la photo d'un… chili con carne, assortie d'un message mi-figue, mi-raisin: «Méthode antistress. Cuisiner un chili le samedi soir à 22 heures (…)».

Peu importe l’heure en vérité, la gauche, même la gauche sincèrement social-démocrate, verte ou non, est bien confrontée à un véritable dilemme….

Le nouveau traité que vous pouvez prendre par tous les bouts vise en réalité à garantir les intérêts des banques européennes par le consentement à des efforts inimaginables pour les peuples. Efforts qui sont autant de sacrifices en matière de salaire, d’emplois ou de sécurité sociale…

Il n’existe pas de politique volontariste  pour le redressement du pays qui soit possible avec l’acceptation de ce traité, dont Hollande lui-même, disait pendant la campagne présidentielle qu’il entrainerait « des politiques néfastes et dangereuses aggravant la récession et le chômage »

Le Premier ministre qui  fait part de la décision gouvernementale d’engager un triple gel en valeur des dépenses de l’État, de celles la Sécurité sociale et des dotations aux collectivités locales pour réduire le déficit public à 3% de la richesse nationale dès 2013 ne fait qu’appliquer les injonctions contenues dans ce traité…

C’est bien évidemment pour cela que le gène est croissant. La communication gouvernementale ne peut masquer la baisse drastique des dotations globales de l’Etat. Le meilleur des Maires socialistes, le plus discipliné des conseillers généraux, le plus soumis des conseillers régionaux est bien obligé de  se rendre à l’évidence, cette politique c’est moins de moyens consacrés au développement des services publics, à l’action sociale, à l’éducation, à la santé, aux transports. C’est moins de culture, moins d’écologie, moins de citoyenneté, c’est moins de solidarité….

Il existe une part de sincérité véritable chez un bon nombre de militants sociaux-démocrates assumés qui ne sont pas pour autant des socio-libéraux et  qui ne peuvent se contenter de corriger à la marge les excès du néo libéralisme.ils espéraient qu’avec le  « gouvernement du changement »   il serait faire en sorte que la puissance publique oriente l'économique, de façon beaucoup plus contraignante que c'est le cas aujourd'hui pour assurer à tous les citoyens les conditions d'une vie digne. Nous ne pouvons accepter que les intérêts économiques prennent le pas sur la primauté du politique. Sociaux démocrates oui. Sociaux Libéraux non !cohn-bendit.jpg

L’évidence de la rupture avec cette soumission est de plus en plus évidente, l’esprit de résistance est en train de gagner toutes les forces vives de la Gauche, nous qui croisons tous les jours, dans nos conseil municipaux, dans nos collectivités territoriales des élus et des militants  du parti socialiste ou des verts nous savons quel  est le degré d’exaspération qui est désormais le leur !

Preuve si l’en est besoin, la motion exigeant un référendum sur le TSCG que nos camarades du groupe FDG du Nord-Pas de Calais ont fait adopter par l’assemblée régionale  et qui demande l'organisation d'un référendum national sur la ratification du nouveau traité. Avec 38 voix  quand notre groupe compte 15 élus la preuve est faite  que l’exigence minimale du respect de la parole donnée par Hollande de renégocier ce traité est en train de devenir majoritaire. Dans ce contexte la prise de position du conseil fédéral d’Europe Ecologie les Verts  est de nature à élargir le Front de cette contestation  qui n’est, somme toute, que l’expression élémentaire  du respect minimum que l’on doit à la démocratie.

Cécile Duflot devrait cesser la cuisine exotique, il n’y a de bonnes politiques que dans le respect de la parole donnée, il n’y a d’examen d’une politique que dans  l’analyse de son contenu…

pogm.pngLa réorientation écologique de notre économie appelle un Etat stratège capable de s’émanciper des règles austéritaires et dogmatiques des néolibéraux.

En cuisinant un chili con carné, pendant que le parlement de son parti prend la seule décision courageuse que la situation appelle, en faisant cuire sur son petit feu ses petits haricots, elle oublie volontairement que la tambouille du gouvernement est une sauce amère faite d’ingrédients immangeables…

Ce n’est pas certain que le filet garni que lui a offert Jean Marc Ayrault soit garanti sans OGM !

Commenter cet article