Mittal, ne nous dites pas merci, c’est nous qu’on paye !

Publié le par letang-moderne

reducCe gouvernement est impayable si  j’ose dire. Passons vite fait sur la cacophonie organisée au sommet de l’Etat. L’un veut nationaliser quand l’autre trouve l’affaire un peu surannée, voire carrément bolchévique, le même nous annonce un repreneur pour Mittal quand le précédent nous dit que c’est du flan.

Au total, il restera de cette affaire, un accord secret, qui prévoirait un investissement de 180 millions d’euros sur cinq ans  sur le site de Florange.

 Il n aura  pas fallu vingt-quatre heures à Mr Mittal pour couper le gaz des 2 hauts-fourneaux, il ne lui aura même pas fallu plus de 12 heures pour faire disparaître de sa communication le projet ULCOS de captage et de stockage du dioxyde de carbone (Carbon capture and storage, CCS). Cette technologie doit permettre de réduire d'au moins 50 % les émissions de CO2 lors de la fabrication de l'acier qui est une activité industrielle très émettrice de ce gaz à effet de serre.

Impayable, le silence des écologistes du gouvernement qui essuient une nouvelle fois l’humiliation de la reculade qu’ils préfèrent désormais appeler pragmatisme.

Impayable, le dissonant tintamarre des ministres concernés qui appellent la solidarité gouvernementale  ce qui est en réalité un véritable vol à vue, Madame Parisot, agitant les balises pour montrer la seule voie acceptable par les marchés et la finance !

Mittal, son  fils, sa fille,  sa nièce et son neveu, c’est une petite famille qui vit tranquillement du milliard d’euros qu’ils se versent annuellement en dividendes !

Cette seule réalité devrait éviter tous les débats byzantins que l’on nous sert quotidiennement, j’ajoute que la petite entreprise familiale doit la bagatelle d’un milliard d’Euro au fisc français !

Il est alors très intéressant de comprendre d’abord de quoi  cet accord est fait.

Premièrement il est basé sur un plan de chômage technique  pour les 600 salariés de Hauts-fourneaux, et bien évidemment, c’est la collectivité qui paiera ces indemnités de chômage, la cagnotte des Mittal est préservée elle peut aller dormir au fond des coffres-forts des de Goldmann et Sachs.florange.jpg

Deuxièmement, et c’est là, où c’est très fort, l’accord prévoirait un plan d’investissement sur cinq ans !

180 millions sur cinq ans !

Passons vite fait  sur l’avis de tous les salariés, techniciens et ingénieurs de la sidérurgie qui vous expliqueront, preuve à l’appui, que ce plan n’est absolument pas à la hauteur des investissements nécessaires, loin s’en faut, puisque tous les spécialiste s’accordent à le chiffrer au moins au quintuple !

Non l’essentiel,  c’est de bien voir de quoi son fait ses 180 millions d’euros, regardez bien : vous avez tous en mémoire les 20 milliards d’euros volés par Parisot et sa clique à l’économie nationale, c’est ce que le gouvernement appelle le pacte de compétitivité et qui se traduit par le crédit d’impôt.

Pour Mittal,  ca va faire quoi ce crédit d’impôt ?

Et bien si l’on prend les 25 000 employés, et que « charges » comprises nous estimons leur « coût » à 30 000 euros par ans, nous avons  un chèque pour Mr Mittal et sa petite famille de 30 millions en 2013, de 45 en 2014, et de 55 en 2015 !

buse.jpgSans être un crâne d’œuf de Bercy, voilà t-y pas que je prends la calculette, que j’additionne  et que je trouve 130 millions d’euros  tout beaux !!

Mittal qui n’a respecté aucune de ses paroles passées, qui en moins de 24 heures à abandonner sa promesse  de maintenir en état de marche les Hauts-fourneaux vient une nouvelle fois de s’engraisser de la sueur de la Nation.

Mittal est un pillard, il n’a que faire de l’industrie, de l’acier et se moque du destin des femmes et des hommes de Florange,  comme de sa première Kurta en coton. C’est un rapace de la finance. Un vautour au milieu de buses !

Régalez –vous,  c’est encore nous qu’on paye !

Commenter cet article

Sauvageonne 04/12/2012 16:55


S'ill est vrai que Mittal doit 1 miliard d'€ au fisc Français,ce n'est plus une nationalisation, mais une saisie. Qu'attendent-ils là-haut ?