Et avec votre salade, vous prendrez bien un peu de salade ! (contribution pour l’éco socialisme)

Publié le par letang-moderne

7121236827_2118a149e5.jpgLa grande bataille qui s’ouvre  pour le salariat européen, est en réalité la bataille de la survie de l’humanité… l’interdépendance des gens et des choses, du manger et du mourir, du travail et du vivre pose la seule vraie question de la refondation  du socialisme…

L’idée rependue ces trente dernières années d’un monde fait d’atomes libres que l’aspiration universelle au bien vivre rendrait cohérents, unis, conscients des enjeux et donc susceptibles de trouver les bonnes solutions est, au mieux, une idée stupide, au pire un fielleux stratagème.

Ce bouton flagellant de Fleur Pèlerin qui déclare aujourd’hui dans le .leparisien.    : « Les entreprises qu’on aide aujourd’hui sont celles qui vont créer les emplois de demain. A une logique de lutte des classes, je préfère une stratégie où tout le monde ressort gagnant. », est l’exemple le plus marquant de la dérive misérable d’une pensée à l’abandon, d’une coupable paresse…

Aboulie du raisonnement dans lequel il existerait un monde de co-gagnant ! Perception frigide de la réalité qui ignore les 4/4 noirs et beiges  qui thrombosent  nos artères urbaines dans le même instant qu’ils assurent le rang social symbolique de ces chers patrons de PME.

Ne pas comprendre que l’argent, le flouze, le pognon et le saint-frusquin sont devenus les ciments indispensables nécessaires à l’oligarchie  pour assurer sa domination est une chose, l’accepter et s’en faire le théoricien invisible est le chemin par lequel les sociaux-démocrates perdent toute crédibilité vis-à-vis du salariat !

Plus personne ne croit à ces salades, et les diversions désespérées de la gauche du parti socialiste qui pour amuser la galerie vote contre le traité européen, pour, dès le lendemain, voter des deux pieds et des deux mains la loi organique qui en imprime le tempo et la rigueur ne sont  que le reflet éclatant de la détresse idéologique   dans laquelle se trouve la gauche française !

Plus personne ne croit à ses salades comme plus personne ne croit aux vrais fausses bonnes intuitions des écologistes, si désormais la prise de conscience que l’altération continue de notre environnement, au sens large, constitue un élément puissant de la dégradation de nos conditions de vie, et même de notre niveau d’exploitation , il n’en reste pas moins vrai, que le « capitalisme vert » demeure une branche rénovée du productivisme, un mirage dans un désert de la pensée émancipatrice.

Rompre avec le productivisme est l’enjeu idéologique des socialistes du 21ème siècle, ce débat est au cœur des refondations en cours, des restructurations nécessaires à l’édification nouvelle du parti des socialistes ! 4670205156_ac922a2fee.jpg

Le petit Parti de Gauche a atteint aujourd’hui la taille nécessaire  pour se placer au cœur de cette refondation, il doit pour cela lui aussi, s’extirper de ses reflexes anciens, la recherche du bien-être, et de la justice sociale ne saurait plus être centrée sur la satisfaction des besoins humains perçus au travers de la finitude de chaque existence, mais  par la prise de conscience que désormais notre écosystème ne jouit plus de l’éternité !

Cette idée est l’idée centrale qui permettra de construire le rassemblement majoritaire que tous les opprimés de la planète  attendent. Le capitalisme qui épuise l’eau potable de la planète, le capitalisme qui sature l’atmosphère, le capitalisme qui déboise, le capitalisme qui organise les guerres du Moyen-Orient pour le contrôle des ressources énergétiques, le capitalisme qui tue les salariés au travail par le truchement des i-phones par exemple ou de la mal bouffe, n’est plus l’ennemi privilégié de la classe ouvrière ; il apparait de plus en plus comme une évidence qu’il est néfaste, non seulement à la partie de la population qu’il sur exploite mais aussi à l’humanité toute entière, pire à la planète

6142858307_9779858e09.jpgEn finir avec les salades en sachet c’est construire les fondements du rassemblement majoritaire qui doit s’incarner dans la synthèse de l’éco-socialisme.

Des militants et des élus  sont disponibles pour créer cette nouvelle majorité, jamais en réalité, il n’y a eu autant de proximité entre  les acteurs de la gauche véritable. Que ce soit sur la sortie du nucléaire, ou le nécessaire partage des richesses, sur l’inévitable bifurcation écologique de notre économie, une grande majorité existe dans la gauche.

Cette nouvelle synthèse doit être mise sur la table comme une proposition concrète de sortie de l’impasse. Le combat écologiste donne une emprise empirique à l’utopie socialiste. Le rapport de production que Marx analysait  comme le processus de la construction de l’aliénation  doit aujourd’hui intégrer  l’analyse  des conditions de la production.

Que le Parti de Gauche  ose  présenter le débat à toute la gauche, sans exclusive, sans préalable, sans avoir peur des transcroissances  que cette synthèse entrainera  inévitablement , et il réussira  à  ancrer l’idée émancipatrice vers une nouvelle perspective à gauche : celle d’être à nouveau majoritaire !

Commenter cet article

BOUTHILLON 15/10/2012 10:43


Il y a des PME qui sont eco sociologiquement responsables. Ne pas stigmatiser une frange qui n'est pas forcément représentative de ta cible. Si tu veux que ta démarche majoritaire qui mène à la
gouvernance fonctionne, il convient d'associer tout le monde, et il y a des cefs d'entreprises, comme des chirurgiens..., qui sont sympathiosants du Front de Gauche par réalisme devant un monde
marchand qui arrive à bout de course. Evitons la stigmatisation, mais ne lâchons rien à tous ce que tu exposes des étapes à franhir pour une autre perception de ta synthèse.