Une grosse tête sur un petit corps ! ce que dit la photo de Hollande…

Publié le par letang-moderne

presidentJ’ai déjà eu l’occasion de vous entretenir de ma défiance, de mon inquiétude face à la normalité imposée par le nouveau Président de la République. (http://letang-moderne.over-blog.com/article-tout-est-normal-sauf-le-front-de-gauche-106133592.html) Nous venons de passer un cap supplémentaire avec la livraison de la photographie présidentielle de Raymond Depardon dont le talent n’est évidemment pas en cause.

Les photographes professionnels ne sont jamais là pour se faire plaisir, les inspirations et autres divagations artistiques ont un sens que lorsque l’œuvre n’a pas encore trouvé de client. Ce n’est pas le cas de cette photo qui est une commande. Technique, savoir-faire, et effet spéciaux sont donc la réponse à une attente du client.

C’est donc un sujet sans pied qui nous est présenté, sans pied et avec une grosse tête !

Une photo de mariage où bizarrement la mariée aurait disparue.

L’apparente tranquillité qui ressort du premier regard cache une commande complexe, l’horizon est lointain, relativement élevé, comme une promesse de changement…. Inaccessible. Mais pour un bâtiment élyséen volontairement et grossièrement surexposé, la construction offre une multitude de ligne de fuites…. Diversité des lignes de fuites qui présagent autant de sorties possibles aux ombres envahissantes qui mangent la pelouse présidentielle !

Bref l’effet d’une grosse tête, sur un corps aux mains ballantes, planté dans un décor de château médocain emprunté pour une cérémonie de mariage, restitue à merveille la complexité de l’ambigüité hollandaise.

Le changement certes, mais dans la continuité de la cinquième République, la justice mais au service de la rigueur, la croissance sans admettre ni la nécessaire relance, ni l’obligatoire bifurcation écologique de notre modèle économique.

Jeu d’ombre et de lumière sur un argumentaire millimétré, susceptible  de rallier  l’immense majorité de nos concitoyens qui ont voulu chasser la droite au pouvoir depuis trop longtemps, mais dans le même temps construction forcée de ligne de fuite capable de rassurer le marché, de  limité l’ampleur et l’étendue du changement, de museler et de cadenasser  les aspirations populaires au grand bouleversement.ombre_lumiere1.jpg

La photo de Raymond Depardon est un véritable chef d’œuvre du trompe-l’œil, ce genre pictural destiné à jouer sur la confusion de la perception du spectateur qui, sachant qu’il est devant une photo, une forme plane et immobile, à quand même le sentiment du mouvement !

C’est bien le vrai François Hollande qui est sur cette photo de génie, la tête pleine de ruses, gonflée d’adresses et d’habiletés, le regard combinard et les mains matoises, là pendantes, et déjà bien embarrassées de leur impuissance désarmée face au marchés plus dominants et dominateurs que jamais  et décidés à ne rien lâcher.

Hollande et son gouvernement sont totalement nus face à la guerre que mènent les puissances de la finance contre les peuples. Technicité, roublardise et savoirs-faires sont autant de lignes de fuites ouvertes face à la contrainte d’un espace borné par les règles de la  sacro-sainte concurrence libre et non faussée, ne pas ‘affranchir de ces dogmes, c’est se condamner a subir la dictature des bourses, des spéculateurs et des rentiers.

Regardez bien cette photo, elle est sublime de ce qu’elle raconte, voyez comme cette posture légèrement biaiseuse donne l’illusion du mouvement, on dirait presque qu’il s’apprête à faire un pas vers nous, accessible et presque avenant…..

En réalité tout cela n’est qu’apparence, leurre, mirage, croyance, duperie et même vanité …..

2076067702_5c12ef076e.jpgCe matin les cerveaux de l’Elysée, et les petites mains de Solferino lancent une nouvelle rumeur que reprennent en cœur  les grands aigles des médias : les communistes s’apprêteraient à rentrer au gouvernement, ils croient même savoir que Clémentine Autain deviendrait ministre de la Jeunesse.

 Tenter de diviser et de  diviser encore le Front de Gauche, c’est une des lignes de fuite de la situation, bien loin des impressions normales de droiture, de franchise et de sincérité…… 

Commenter cet article

BOUTHILLON 05/06/2012 20:16

CE A QUOI ME FONT PENSER LES MANIPULATIONS DES SOCIALISTES ET ECOLOGISTES « SERIEUX », POUR FAIRE CROIRE A UNE DIVISION DU FRONT DE GAUCHE…

Je compte sur l'intelligence stratégique du PCF, pour comprendre que marcher avec le PS et son gouvernement de la Hollandie, serait à tout coup une "politique" de courte vue destinée à
quelques-uns, en échange d'un portefeuille, qui consiste à se désolidariser du Parti de Gauche. Les socialistes sérieux refusent à celui-ci d'être l'autre, le vrai parti socialiste. Comme les
socialistes de Bagneux qui me croisent refusent de penser que j’appartienne aujourd’hui au Parti de Gauche. Donc que je me mette ainsi sciemment, face à eux. J’ai vu passer très vite Julie
Sommaruga, candidate PS de ma circonscription devant le stand où je me tenais. Peu de ma section la soutiennent. Il lui fallait voir de visu que j’étais placée… là. Je ne suis pas sûre encore
qu’elle ait cru à ses yeux…

Je pense aujourd’hui que mes camarades communistes savent à quel point ce serait une manière de passer à côté d'une aventure visionnaire, qui signerait un changement d'époque, l'ère de l'Humain
d'abord. Comme nous avons eu la Révolution industrielle, mais en sacrément mieux. Démontrer que c'est la fin de la suprématie du progrès technocratique et de la règle financière spéculative comme
avancée sociétale, ou comme signature d'une civilisation… décadente. Nous entrons dans la vraie résistance et il s’agit de ne pas en rabattre sur nos objectifs, quand certains d’entre nous ont fait
le grand saut de l’indiscipline à leur parti d’origine, parfois après des décades de fidélité. Ce n’est pas mon cas. J’étais une « adhérente à 20 € ». Respect à ceux qui sont partis du PS de rien,
pour tout reconstruire en quelques années.

L'Humain d'abord met fin à un échec philosophique où l'Homme s’est perdu de vue. Au marché dimanche, j'ai été très bien accueillie quant à mon "transfuge" du PS vers le Parti de Gauche, par les
élus communistes de la mairie de Bagneux, Marie-Hélène Amiable, la député-maire en tête, comme par Patrick Alexanian, à qui je n'ai pas fait mystère de ma permanence à me sentir profondément
socialiste. Et pourtant, nous nous sommes accordés avec des militants présents du PCF, sur une chose fondamentale.

Peu importe d'où nous venons. A chacun(e) son évolution politique, son chemin de traverse pour arriver à la même sémantique. La seule vérité qui compte est, où on va... ensemble. Pour ceux qui le
veulent en fonction de leurs convictions, et non en fonction de leur intérêt propre, une chose est sûre, comme le dit notre tribun préféré, nous aurons le pouvoir. J’en suis convaincue. Parce que
surtout, ce sera une victoire internationale qui partira de la Grèce. Car la préoccupation française ne se distingue pas aujourd’hui d’une interdépendance mondiale. Toujours la Théorie du Chaos,
vous savez ? L’histoire du mouvement des ailes du (fragile) papillon qui provoque un Ouragan à l’autre bout de la terre !!!

Nous sommes tombés d'accord à quelques-uns sur ce marché local, qui me fait toujours penser à 800 m de chez moi, au marché du Plateau d’Abidjan, qu'il fallait réussir à faire Die Linke en France.
C'est à cette seule condition que le PS ne pourra plus essayer de diviser les partis à l'intérieur du Front de Gauche. A plus d'un titre, j'attends l'après 17 juin, non pas pour voir le vote du
PCF, qui, je le crois maintenant, sera massivement en faveur d’une désolidarisation du gouvernement actuel, mais pour voir la victoire de Syriza. Car alors, le Front de Gauche aura son top départ
de la Révolution citoyenne qu'annonçait Jean-Luc Mélenchon à plusieurs reprises, après avoir dégagé Sarkozy.

Le job n’a pas été fait pour dégager un boulevard à Hollande. Il a été fait parce que c’est plus facile de se confronter à une gouvernance qui, à l’inverse de la Sarkozie, n’a aucune conviction,
sinon celui de l’opportunisme. Quand on n’est pas convaincu, et qu’on arrive au pouvoir par défaut, on est plus vulnérable. Alors gardons le cap sur l’Horizon des Fronts de Gauche voulus par les
indignés du monde.

Car je suis d’accord avec le Cri du Peuple, je préfère poser un postulat de confiance avec mes amis communistes, sous réserve de contrôle, car je n’oublie pas que c’est aussi un parti de
professionnels de la politique. A contrario je sais de par mon expérience de militante socialiste qui le reste de cœur, à quel point le Parti sérieux est toxique dans ses tactiques, à la façon dont
il a digéré les EELV. Demandez à Duflo si elle se souvient aujourd’hui de ses principes ! Nous avons par-dessus tout l’écologie sociale à réussir. Et les priorités de nos besoins donc à redéfinir
entièrement, loin des préoccupations consuméristes, juste pour l’essentiel de la restauration des valeurs fraternelles, comme principale ressource de la relance. C’est la question de la confiance
en la force généreuse de ce qui fait de nous des êtres neufs, et agir ensemble, qui permet tout le reste. Sachez à quel point je suis heureuse d’être parmi vous pour cette magnifique dynamique que
nous avons construit ensemble : le Front de Gauche.

Camarades communistes ! La Cause a besoin de vous. Nous devons ensemble arriver un jour à fusionner notre diversité en un parti riche de ses parcours de luttes et de prospective.

des pas perdus 05/06/2012 18:08

On voit bien que Holande adopte la position du cowboy prêt à dégainer ! En l'espèce, contre la finance !