Roucoulades à Bercy, le pigeon gagne du terrain !

Publié le par letang-moderne

pigeon.jpgQue c’est con un pigeon, il n’y a qu’a regarder sa stupide façon de se mouvoir, pour connaître en un seul instant la stupidité de l’animal, paralysé entre vos jambes, miraculé des roues de la voiture, la crétine bestiole s’en sort toujours vivante, totalement inconsciente  de l’univers qui l’entoure. Le pigeon est une sorte de saloperie insensible au monde, imperturbable, il se moque éperdument du cahot qui l’encadre.  C’est sans doute pour cela qu’il fut fréquemment utilisé par tous les salauds de la terre.

Ainsi lorsque la CIA dans les années 80 cherchait  à contrôler à distance des volatiles espions, c’est au pigeon qu’elle pense, tant sa prolifération, permet sa présence banale, sur les rebords d’une fenêtre du Kremlin ! Sale bête !

Quand vous voulez pourrir  la vie de votre maire, il vous suffit de vous déguiser en petite vielle, et de donner des graines aux pigeons dans le parc de la mairie, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le gazon jaunira sous des tonnes et des tonnes de fientes  et le déplacement dans le dit parc deviendra au moins aussi périlleux  que la traversée d’un lac gelée  chaussé de talons aiguilles.

Le pigeon se nourrit essentiellement, lorsqu’il ne croise pas de petites vieilles, du stress de la vie urbaine. Cachés sous les toits ou dans les corniches, entre deux fientes méticuleusement posées sur les carreaux de vos lunettes, il picore. Il grappille, il vous vole. Quand il a fini, il re-fiente encore, mettant ainsi votre santé en danger, rongeant  le métal, grignotant la pierre. Le Pigeon ruine les fondations de l’organisation humaine !

Avec sa gueule de con et son air faussement orgueilleux on pourrait penser que le pigeon est une aberration dans le monde animal, tellement son inutilité parasitaire estpardon.jpg évidente. Pourtant il n’en est rien, le pigeon ne cesse de dominer le monde depuis qu’il a affaire à l’Homme !

Hier encore les pigeons ont de nouveau  gagné ! Ils ont même réussi un tour de force  avec leur petites griffes aléatoirement plantées, ils ont tapote sur le clavier des ordinateurs d’un bureau anonyme et coup de maitre ils ont fait entrer Bercy en panique…. Ils ont fait plier le gouvernement, mais pire ils l’ont humilie, obligeant les maitres de Bercy à roucouler des mots doux  au patronat, abandon, dérobade, et reculades les voilà se rependant en excuses, disculpations, justifications et demandes honteuses de pardon !

Voilà donc le gouvernement du changement implorant la grâce de pigeons, quarterons d’ultralibéraux, entourés d’avocats fiscalistes  qui rassurent leur obsession gloutonne de contribuer le moins possible à la vie des hommes et des femmes qui travaillent pour les nourrir, spécialistes de LBO (le rachat d’entreprise), jongleur d’actions  par paquet de 12, expert de la bulle et du bon Plan toujours une carte de Bruxelles ou de Londres dans la poche arrière du jean Hermès pour trouver un petit nid douillet.

Ainsi donc les revenus des pigeons, qui ne sont rien d’autre que vol et  chapardage, la graine « pigeonnesque » ne sera pas imposée au même taux que le sont les revenus du travail !  Encore une nouvelle promesse de campagne qui disparaît, encore une roucoulade au Medef qui ne peut cacher saroucoulons.jpg joie. Ce secteur de l’activité économique est une drogue  et les drogués  se poudrent le portefeuille  de retour sur investissement de prés de 20%, en dessous ils ne jouent pas, pas assez punchy, pas assez funny.

En entrant par effraction dans les bureaux de Bercy les pigeons ont recouvert de fiente la seule mesure du projet de loi de finances qui s’attaquait aux revenus du capital.

La finance qui n’a pas de visage à désormais une voix : couroucoucou !

 

 


 

Bonus video sur une idée originale d'Olivier Chalaud : couroucoucou patronat

 

Commenter cet article