Robert Connard en liberté, les particules de bêtise sont « stupidogènes », mortelles pour la République.

Publié le par letang-moderne

menard.jpgL’aversion fielleuse et la détestation antipathique sont partout. Le bleu marine est à la mode, les chroniqueurs mondains sont soulagés, les partageux sont défaits, la vie peut reprendre son cours, les choses importantes reviennent à la une. Juste avant, ils n’ont pas manqué de dégobiller leur aversion du rouge.  Leur  exécration du Front de Gauche. Dans l’excellent journal Sud-Ouest qui ne veut jamais être en reste des fantaisies et des mœurs parisiennes, on pouvait lire les analyses d’une « politologue » intitulée virginie Martin. http://fr.wikipedia.org/wiki/Virginie_Martin

Qu’écrit le sphinx de Terra nova, je cite, munissez vous d’une bassine, cela peut toujours servir en cas d’urgence, je cite donc : « La politique spectacle n’a pas marché. Il y a eut la démonstration d’un show politique qui n’a pas fonctionné. Et tant mieux, car les gens en ont assez, même si la peopolisation marche parfois, comme en 2007 avec Sarkozy et Royal. Mais ce n’est jamais très bon pour la démocratie. Mélenchon jouait depuis le début quelque chose d’aussi nauséabond que le FN, il a fait de cette circonscription une arène médiatique, c’est indigne. On ne privatise pas la politique, le duel aurait pu être beaucoup plus honnête entre Marine Le Pen et le socialiste Philippe Kemel qui a pâti de cette situation »bassine-copie-1.jpg

Ouf, fermez le ban, ceux qui veulent vomir, ont droit a une pause !

La dame qui écrit cela, sans rougir, est chercheure à Euromed management, elfe à Terra-nova, farfadet au CEVIPOF, lutin aux cotés de Dominique Reynié…. Elle est aussi soutien public de François Hollande ! Bref vous le voyez, cette rigoriste de l’analyse, cette amoureuse de l’argument et de la démonstration est au cœur de l’intelligence Française.

On ne saura pas pourquoi Mélenchon serait aussi nauséabond que le FN, on ne saura pas pourquoi le débat  avec Kemel eut été plus honnête, tout cela ne relève pas du raisonnement mais de la gratuité militante, de l’assertion autoritaire, de  la bien-pensance goujate !

D’où vient cette niaiserie ambiante, qui fait les délices des Huchons, qui affirmaient précurseurs que « Mélenchon était pire que le Pen », qui fait la gloire des Valls voyant le Front de Gauche « dangereux pour la démocratie »…

Hé bien voyez vous, je pense qu’elle vient des particules de bêtise, de fainéantise, de facilités qui s’accumulent dans les poumons gonflés de suffisance de tous les gens sérieux, installés et dominants.

Les brillantinés de la rue Solférino, les gominés de l’UMP, tout comme les pommadés du 20 heures  sont en train de s’asphyxier sous l’agglomérat des particules de conneries qu’ils avalent tous les jours sans même se rendre compte que respirer l’air de leur biotope est devenu mortel !

Les voilà donc, réfléchissant en 140 signes, Valérie Trieweiler symbolise parfaitement le premier drame de la France, la voilà donc se croyant obligée de mêler son sentiment à la lutte politique, son intimité aux débats de cloche merle rochelais, s’érigeant en arbitre injuste. Car après tout, Ségolène Royal, n’est ni moins maligne ni moins sotte que les autres ! Pourquoi les commentateurs ne s’interrogent pas sur le machisme permanent dont elle est continuellement l’objet. Pourquoi préfèrent-ils transformer en vaudeville ce qui est le symbole du naufrage intellectuel du parti socialiste ! Des particules de conneries par bouffées !

L’UMP n’est pas en reste, qui reprend avec le meilleur d’entre eux, hier matin sur France inter, la thèse confuse d’un Mélenchon antisémite, coupable de copinage avec Théodorakis, qui aurait proféré  à plus de 80 ans des propos antisémite !  

Jean-yanne.jpgD’abord, je ne connais pas ces propos et ensuite le Mikis est tout de même plus connu pour son « changer la vie » de 1981  et sa lutte antifascistes en Grèce que pour des errements récents qu’il ne serait pas idiot de mettre sur le compte de la sénilité, après tout Juppé reconnaît bien la toctoquitude de son ami Chirac.

Mais l’essentiel n’est pas là savez vous où le Juppé est allé chercher cette fumisterie de discours ?   C’est dans une feuille bordelaise nommée info-bordeaux, gazette d’extrême droite locale, nourrie à l’ombre de l’église St Eloi et sous les effluves du bloc identitaire  que ce torchon a testé l’argument avec pour cible notre camarade Jean Michel Mespoulede, secrétaire de Gironde du Parti de Gauche.

L’argument est le même, vous reprendrez bien une petite soufflette de particules !

Dés lors la presse, la presse toujours si prompte a humer l’air du temps ne pouvait  pas passer à côté de l’ambiance générale, l’hostilité générale dont nous sommes gratifiés, de l’Express à Sud-Ouest, en passant par le Parisien, c’est la fête, le partageux est mort, et les clowns du cirque médiatique, organisé, comme tout le monde le sait, par Jean Luc Mélenchon lui-même, triomphent .

Et vous savez où ils vont chercher leur inspiration ? Chez l’ignoble robertconnard, fondateur de reporters sans frontières et aussi sans limite, qui donne le la dans son blog.

Les gros cons ont ceci d’utile qu’ils disent tout haut ce que leur engeance, leur clan chuchote ; ils écrivent sans fausse pudeur ce que leur coterie, leur smala n’oserait même pas twitter….

Encore qu’à se nourrir de mélasse et de mouscaille, à respirer des particules de rancœur et de misanthropie, à renifler les parfums d’arrogance et de fatuité, l’air léger que pouvait porter le changement, ce soulagement ressenti par tous au soir de la défaite de Sarkozy, disparaît sous les vapeurs fétides des comportements odieusement généralisés.

Si vous avez cliqué sur le lien de Robert  connard, j’espère que vous n’avez pas rangé la bassine.


Commenter cet article