Rain is a junk.

Publié le par letang-moderne

3990570309_366b0278db.jpgC’est presque l’esprit de l’automne, qui envahit mes pensées, une sorte d’hiver pointant son sale nez boutonneux,  à la mode d’un  printemps boueux qui charrie des bourrasques de haines et de perfidies.

La pluie des sondages, la nuée des journaux, chaque livraison quotidienne de l’information que j’aime tant, me trempent dans une humeur vaporeuse, me baigne dans atmosphère de tombeau.

La pluie qui ravit les limaces, les loches et tous les gastéropodes s’est pointé hier soir, place St Michel à Bordeaux, à 20 heures précisément ou allait commencer, la réunion publique de Brigitte Comard notre candidate du Front de gauche dans cette 2eme circonscription de  Bordeaux !

Dans cette étrange campagne ou le froid  peut surgir de partout  et  tente d’envelopper chacun de sa misère utilitaire, les girouettes enrouées par un début de printemps audacieux, se mettent à tourner laissant s’enfuir les sifflets de leurs perpétuels mouvements !

Le temps maussades et les frimas hors de saison ont ce pouvoir de ravir les sales corbeaux que les rayons chauds du renouveau inquiètent, ennuient, troublent et agacent.

Les ténèbres  gagnent un peu tous les jours, de temps en temps l’énergie du souffle des belles campagnes que mènent les candidats  du creuset, les  repoussent. Instant presque magique, où après une demi-heure de discussion, à la porte de son appartement, Brigitte Comard  extirpait cet ouvrier, gardien d’immeuble,  du vote noir et désespéré du Front National !

Combien de courage et de vaillance, d’audace, de cran et de constance, combien de tout cela à la fois il nous faut, pour gagner une à une les voix perdues dans les roseurs pales  des calculs obscurs, qui de Hénin Beaumont à ce quartier bordelais de la Benauge, bâtissent méthodiquement, l’ignorance crasse de leurs conforts électoral !

Il pleuvait donc hier soir sur la place St Michel de Bordeaux, la grosse centaine de citoyens qui ont bravé la pluie, ont tous saisi l’importance de la détermination, du courage, et de la volonté !3248052341_ef4040a462.jpg

Quelle  était belle cette reprise « a capella » du désormais célèbre on ne lâche rien !  La pluie du printemps est presque délicieuse quand elle étourdit du parfum des branches des arbres chargés des fleurs mouillées !

Les femmes et les hommes qui sont venus se tremper hier soir, ont repris le chemin de leur maison, plus courageux, plus aguerris, hardis et vaillants, résolus et braves !

Les couards d’ailleurs, les craintifs, les lâches et le peureux, les obligés et les « aux ordres », les timorés et les pusillanimes étaient bien chez eux !

Nous nous sommes endormis, l’horizon lointain dans notre tête. Les autres, tous les autres, tous dans le même sac, n’ont eu de pensée que de leur blafardes noirceurs, passez donc une bonne nuit sur le matelas  de votre soir sans lune.

La douleur de votre lit hasardeux, viendra. La pluie est un rebut.

 


 

 

Commenter cet article