Pour que Nanou Chevalier conclue les estivales du Front de Gauche !

Publié le par letang-moderne

1731386123_a3fba50e66.jpgDepuis  trois ou quatre jours, la presse qui s’autorise à décrire par le menu ce que les milieux autorisés s’autoriseraient à chuchoter, bruisse de maintes rumeurs sur la santé supposée du Front de Gauche.

Ainsi, selon le toujours  très bien renseigné Alemagna, de l’excellent Libération, le Front de gauche serait au bord de la crise de nerf emporté par ce débat fondamental, ontologique, quasi-existentiel, mais qui donc va bien pouvoir conclure les premières  ESTIVALES DU FRONT DE GAUCHE du 23 au 26 Aout ?

Ce débat très important n’est qu’un parmi la multitude des problèmes  essentiels que pose cette construction nouvelle  de notre Front.  Sans vouloir ajouter à votre vertige naissant, à la vue de l’amoncellement de tant d’incertitudes à lever, je me dois tout de même de citer un certain nombre de sujets pas résolus à cette heure-ci !

Mais à quelle heure arrivera le vin rouge nécessaire aux agapes du samedi Soir ?  Combien de chaises faut-il pour recevoir les huit cent quatre-vingt-dix-sept militants attendus ? Le stand des jeunes-communistes doit il voisiner le stand de la  gauche-anticapitaliste si subtilement séparés par ce piolet anti- feu  accroché au mur et rendu obligatoire en prévision du passage de la commission de sécurité. En plus on nous annonce, une chaleur torride, qui à l’inévitable chronique de l’emmerdement quotidien risque de rajouter une flambée du cours du prix de la bière susceptible de laisser nos camarades secs comme des chameaux et déshydratés comme la peau d’une vielle babouchka croisant Bakounine à l’entrée d’un Milk-Bar.

Le Front de Gauche, j’en rajoute pas, vous le voyez, est au bord de la rupture… tous ces problèmes à résoudre pendant l’été constituent un risque important d’implosion pour cette petite bâtisse faite de bric et de broc, et dont la récente histoire n’est  que le récit d’une pénible succession d’échecs et de déceptions.

A peine Jean Luc Mélenchon prenait l’imbécile décision de rompre avec  le parti sérieux, qu’il convoquait un meeting de lancement ou vous vous souvenez qu’ils se retrouvèrent deux ! L’échec était patent mais pas suffisant pour décourager ces deux-là. Ayant fini par convaincre cette gaucharde de Marie-Georges Buffet du bienfondé de leur délire, ils se retrouvaient  trois, puis quatre à l’assaut des élections européennes. Aveuglés par ce qu’ils croyaient être un succès électoral avec l’élection de 5 députés dans un scrutin pourtant réputé facile, les voilà maintenant en train de donner un caractère permanent à leur Front de Gauche qui perd dans la foulée son qualificatif de Front de gauche pour changer l’Europe ! 5206319147_55391287fd.jpg

Devenant le Front de Gauche tout court !

Que d’audace, que d’audace, les voilà partis à l’assaut des régionales en lançant pitoyablement des appels à l’unité en direction du NPA, la suite montre bien  combien celui-ci   a eu raison de ne pas répondre à ce chant des sirènes, car aujourd’hui, renforcé par les départs successifs de la gauche unitaire, de convergences et alternatives, et de la gauche anticapitaliste, le voilà redevenu cohérent et conforme à ce que la bourgeoisie attend d’un parti révolutionnaire.

Croyez-vous que cela eu  suffit à faire entendre raison à cette poignée de têtes dures, non  les voilà de nouveau entichés par une nouvelle lubie : la révolution citoyenne !

Pitoyable spectacle que de les voir rassemblés  sur les grandes places de nos villes, des troupeaux de fans, groupies écervelés et incultes qui écoutent des vers de Victor Hugo, alors que la raison appelle à l’étude attentive des courbes du CAC quarante, à la scrutation minutieuse des avis des agences de notations !

Rassemblant ainsi, à peine,  quatre millions de voix,  les élections présidentielles et les législatives qui ont suivies auraient dû avoir raison de ce mirage de l’autre gauche !

L’autre gauche ça n’existe pas, foi de Filoche, par la Saint Solferino tu périras !

Mais ce coup-ci, c’est sur le problème est trop lourd, insurmontable, c’est marqué dans libération, c’est vous dire si c’est vrai, cette fois le Front de Gauche ne s’en relèvera pas,  les communistes ne veulent pas que Jean Luc Mélenchon conclue les universités d’été !

Si vous rajoutez à cela la révélation du jour dans laquelle  le parisien nous apprend  qu’une nuit du mois de mars Melenchon-a-flanche alors, maintenant c’est sûr, le Front de Gauche est fini, tous les austéritaires du monde vont pouvoir se donner la main et dans une ronde folle au son des pipeaux de la social-démocratie et des fifres libéraux, ils pourront défiler devant les peuples à genoux , tondus et dociles !

front-de-gauche-2Mais sebastien.Laborde et moi avons une autre idée, capable de renverser le scénario écris dans les journaux, le 26 Aout, si Jean Luc Mélenchon n’est pas revenu de Caracas, c’est Nanou Chevalier qui prononcera le discours de clôture de notre université d’été !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BOUTHILLON 26/07/2012 12:47


Je confirme que parmi nous, certains deviennent très critiques sur le Front de Gauche, peut-être l'as tu lu dans le fil des débats sur mon mur où j'accepte de multiples sensibilités de gauche,
vigilante surtout envers les ségolénistes, qui sont les avant-postes des stratégies du PS qu'ils défendent mieux encore que les hollandais aujourd'hui, à l'image de SR. Je grapille sur leurs
bords parmi les mécontents de la dérive idéologique que celle-ci a abordé pour des vues personnelles, trahissant le sens d'un militantisme de base de plusieurs années, et qui correspondaient
largement  à l'image des solutions revendiquées par la révolution citoyenne. J'ai dû intervenir pour positiver la transition parmi des militant du FdG, confondant l'armistice de l'été
avec la capitulation que tu remontes de la presse. Je pense que c'est d'autant plus bon de la part de celle-ci qui manifesteme ainsi qu'elle nous redoute ; que la rentrée avec PSA en point
d'orgue nous donne une ouverture comme aux échecs, et que nous pourrions enlever quelques" tours" dans l'opinion publique, avec la baisse sondagière de Hollande,  au Parti Sérieux, dans
l'engagement d'une insurrection des indignés. Tout cela pour te dire que je suis pleinement d'accord avec ton ironie, tant il s'agit de la lutte entre les austéritaires et les tenants de la
"décroissance", plutôt que le simple croissance me semble-t-il. Dommage que même avec les forfaits prévus pendant les 3 jours des Estivales, il ne soit pas dans mes moyens de pouvoir y participer
et me former... Les impôts s'épprêtant à faucher le peu que j'aurai économisé, et mon retour au travail étant prévu le 20/08, avec un enjeu de carrière à la clef que je dois formaliser en
urgence. Ce sera quitte ou double. Amitiés militantes.