Mr Moscovici d’où vous vient cette haine ?

Publié le par letang-moderne

104059_pierre-moscovici-laurence-parisot.jpg« Que Jean-Luc Mélenchon publie aussi son patrimoine", s'est exclamé Pierre Moscovici. "Et de quoi s'apercevra-t-on ? On s'apercevra que Jean-Luc Mélenchon est un homme qui se dit aujourd'hui un tribun populaire et qui depuis 35 ans au moins est sénateur et député européen"

Fiel et insinuation. Que nous vaut  donc cette  amertume, cette acrimonie, cette Haine ?

"Eh bien, qu'il fasse comme tout le monde ! Je veux bien comparer son patrimoine au mien" conclue fier de lui le sybarite chauve !

Laissons choir la posture navrante qui fait comme si jean Luc Mélenchon n’avait pas publié son patrimoine des dizaines de fois comme en atteste ce lien ou celui-ci, ou encore celui-là.

Méprisons la reprise quasi mot pour mot de l’argumentaire d’extrême droite  selon lequel Mélenchon cumulerait indemnités de députés européens et émoluments de sénateurs. Balayons tous cela du mépris que ca nous inspire et demandons-nous plutôt  pourquoi un ministre de la République, confronté à une crise de confiance presque sans précédent dans  notre histoire commune préfère salir un homme de gauche, un républicain conséquent, un socialiste debout, plutôt que d’affronter de face les obstacles auxquels il est confronté ?

Au fond de cette affaire il y l’impasse éclatante et tapageuse  dans laquelle se trouve le gouvernement de Jean Marc Ayrault.

 Encombrante et indélicate réalité  qui rend de plus en plus visible les conséquences sociales et économiques des choix opérés par le gouvernement sous la pression de la finance des banques et du MEDEF.

Non Jérôme Cahuzac n’était pas un spécialiste de l’économie, pas plus sans doute qu’il n’est une ordure, je crois même savoir par ce qu’en disent quelques élus de la région qu’il est plutôt un bon compagnon, un ami fidèle,  un bon gars comme l’on dit chez nous !

Si Jérôme Cahuzac fut choisi  pour porter la politique d’austérité devant tous les médias, c’est parce qu’il était le meilleur. Le mieux placé au cœur du système pour apporter les garanties suffisantes que les anthropophages  de la finance attendent des commis  qu’ils ont placé, tels des marionnettes, aux postes clés de ce qui dans leur novlangue s’appelle la gouvernance !

C’est comme cela que l’on doit interpréter cette réplique adressée à   Mélenchon lors du débat qui les opposa. Lorsqu’il lance : « Vous êtes un homme seul » il veut signifier au leader du Front de Gauche qu’il n’est qu’un étranger au systéme !

Ce n’est pas pour lui une insulte, c’est un constat, dans sa société sans lutte de classe, il n’y a plus que des gagnants ou des perdants.

L’homme seul est un métèque, un exotique, un lointain.

Il n’y a pas de place pour celui qui n’admet pas la puissance sans contrôle  d’un systéme devenu totalitaire au point qu’il refuse de reconnaître comme légitime la voix, la parole, le vote du peuple !

Il y a bien sur, la constitution européenne refusée par le peuple français et aussitôt sacralisée  à la camouffle par un accord à peine déguisé entre la droite française et les  commissionnaires du parti solférinien, qui peuvent aussi servir de député !

Il y a cette chambre rose élue au mois de Juin dernier pour renégocier le traité Sarkozy- Merkel et qui s’empresse de le ratifier, sans même en changer une virgule, il y a  cette  conversion, à peine élu à la politique de l’offre, c’est cette conversion qui entraine tout le reste…. L’austérité pour les smicards qui se contenteront d’un carambar, et les milliards pour le patronnât, la casse du droit du travail, la chasse aux immigrés …. Et le mépris dans lequel on nous tient !stop-mepris-l-1.jpg

Les  faits sont là, têtus, manifestes et désormais visibles de tous !

L’heure est venue ou ces blagueurs hollandais apparaissent désormais pour ce qu’ils sont : des bonimenteurs, des imposteurs fallacieux !

Sans marge et sans boussole, livrés pieds et mains liés, au bon vouloir des bénéficiaires de la rente allemande d’un coté, aux injonctions du patronnât le plus réactionnaire de l’autre !

Eux qui se croyaient fort de n’être point seul, reconnus par les banques UBS et leurs filiales offshores, choyés par le MEDEF devant lequel pas moins de 10 ministres allaient trémousser leur galanterie soumise pendant leur université d’été, eux qui se croyaient enfin reconnus par les puissants, fiers d’avoir leur rond de serviette au diner du siècle doivent faire face à l’imprévu !

Cet imprévu c’est le peuple !  Ce pignouf, butor gougnafier et malotru qui s’invite au CN du Parti Sournois comme si il y avait sa place !

Grossier personnage le peuple, qui s’imagine que la chose publique lui appartient, qui se prend à croire que lorsqu’on lui promet le changement il est en droit de l’exiger !

C’est la panique au gouvernement, une véritable panique qui les mène à faire n’importe quoi en organisant le ranking des patrimoines de leur ministre comme pour jeter un sot d’eau inutile  sur le grand incendie dont ils sont les seuls responsables.

Acculés au mur de l’échec prévisible, ils espèrent disqualifier préférant avoir pour cible un Jean-Luc Mélenchon au sujet duquel ils ne savent qu’inventer !

Antisémite pour l’un, cumulard pour l’autre, seul pour celui-ci, populiste pour celui-là, quand ils en ont fini avec le co-Président du Parti de Gauche, ils voient la division du Front de Gauche  partout… tordant les déclarations de Pierre Laurent, de Marie Georges Buffet ou d’un autre !

peur_2-copie-1.jpgLa haine qui les anime est le résultat de leur échec patent, la prise de conscience du désaveu populaire. Enfermés dans leur plan de mystification de la volonté commune, les voilà tous réduits, comme Cahuzac  à s’enfermer dans le mensonge !

Le mensonge comme  un éboulis, un écroulement, le mensonge en culbute comme une faillite une insolvabilité, un  échec !

Les mots de Moscovici sont la preuve de la brèche que le peuple est entrain d’ouvrir. Désormais il y a une rupture entre ceux qui nous gouvernent et notre volonté.

La peur du peuple est ce qui rend haineux Mr Moscovici !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article