Mon diner chez les hollandais!

Publié le par letang-moderne

91e35a0a-6dcbDes hôtes bien comme il faut, une jolie échoppe légèrement et savamment désordonnée, les marques négligemment posées d’une honnête culture… une collection de Bourdieu, des revues de sociologie, deux gros opus sur Deleuze, Télérama et le Monde qui trainent sous les épluchures de cèpes…. La côte de bœuf sur une planche de bois, les échalotes finement taillées et le vin qui chambre tranquillement sur le buffet antique, assurément la preuve  urbaine d’une lignée paysanne !

Des masques de Venise, des masques africains, des masques du monde entier… des masques presque sur tous les murs….

C’est ces deux bouquins, posés sur la collection des Beauvoir, qui auraient dû me mettre en garde ! Comment peut-on lire, plus grave acheter, des cahiers d’Amélie Nothomb ?

La peur m’envahit une seconde, ou m’a-t-on entrainé ?

Ca pu le groupe de paroles…. Des anorexiques, des abandonniques, des alcooliques honteux et infantiles…

Plik-Plik sur mes tempes … Heureusement le bruit des glaçons qui dégringolent du frigo-américain me ramène à la joie de l’apéritif…

Pourquoi des glaçons ?

Je ne sais pas… sans doute il y a-t-il des enfants cachés ou des malades, des buveurs d’américano… Que sais-je … En tout cas pour moi la messe est dite, je viens d’apercevoir ce délicieux flacon de Ben Nevis !

 Ce malt est de nature à me faire oublier mes craintes, finement tourbé, et légèrement épicé, ce single est une preuve que rien n’est jamais perdu d’avance !

Euh… pas de glaçons  pour moi !ben-nevis-1996-golden-cask-2012

Je ne voulais lancer aucun débat, mais voilà  notre hôte qui se lance dans une longue diatribe pour nous expliquer que lui, il rajoute a son whisky un filet d’eau minérale fraiche… « L’ajout d'une goutte d'eau fraîche dans le whisky ouvre de nouveaux horizons. L'ajout d'une goutte d'eau va entraîner une réaction chimique qui aura pour effet de libérer plus d'arômes. Le whisky va "s'ouvrir".

 Et patati et patata… on a droit à la disserte, le cours de maintien et tout le reste…

On peut fumer dedans ? C’est vrai quoi… ce qui aide le mieux à libération de l’arôme, c’est quand même le relent vaporeux d’une bonne vieille Camel !

Comme toujours, une fois le cendrier sur la table, les énergies se libèrent, et nous voilà donc d’un seul coup trois  ou quatre à fumer ensemble et en même temps… sale temps pour les mômes, les phtisiques, et les qui ca les gène…. Youppie-houppa, là où je suis, je suis chez moi !

Le repas qui suit est délicieux, entrecoupé de discussions banales et de considérations toutes aussi convenues, l’univers psychosociologique de nos convives se dessine…

Ils parlent mais pas fort, ils aiment mais gentiment, ils se fâchent calmement, ils jouent de la musique et font du théâtre, du sport pour s’entretenir  et rêvent de prendre leur retraite à Hanoi…parce qu’ici, vraiment ce n’est plus tenable, tout est devenu, si cher….

Ca y est, c’est sûr, j’ai décelé des gens de gôche !

Je ne suis pas déçu…

Celui qui est en face de moi est un véritable dément, il est en train, là, à 23 heures passées, de me faire l’apologie du changement !

Je soutiens hollande depuis vingt ans s’exclame-t-il enthousiaste !

 Et que la retraite à 60 ans, le mariage homosexuel, le droit de vote pour les étrangers, le non cumul et patin couffin … un véritable dingue qui ne s’aperçoit même pas que chacun de ses exemples est caduc, annulé, décidu, démodé, désuet, obsolète…. Fichu, foutu, oublié !

Les amis de Jean Luc  Mélenchon (il ne veut pas dire le Parti de Gauche) ont tort de s’opposer, nous on fait ce qu’on peut, sans démagogie, et on avance… petit à petit…

L’autre me voit bouillir, elle  sent la soirée partir en quenouille….elle me dit qu’elle a hésité, qu’elle allait voter pour Mélenchon mais que le discours de Marseille l’en a dissuader.

Elle m’explique que ce jours-là au Prado,  nous aurions perdu presque 2 millions de voix ! Que la société française ne peut pas entendre un discours sur la générosité, que l’islamisme est un péril, et que l’insécurité est  une névrose, que le chômage pèse sur les consciences…..

  Mon dieu ! Mais qu’elle est conne !

433Je me tais, je n’écoute plus… je me ressers un petit verre de la solitude.

 Ils déblatèrent de je ne sais quoi…. Les communistes…. La dictature, Chavez….. Tout y passe… et Mélenchon, il est né à Tanger, le syndrome du canari, de la cage, la messe en latin …. Mais de quoi ils parlent ?

Mon attention est attirée par un livre  posé  dans la bibliothèque, Gustave Baguer, je feuillette, il s’agit d’une sorte de médecin du 19ème siècle, un philanthrope,  un bienfaiteur de l’enfance inadaptée… un homme de bien…

Et je tombe sur ces pages magnifiques de suffisance  (véridique !) qui distinguent le dément de l’arriéré !

Il écrit «  le dément est un idiot absolu, incapable de s’aider à quoi que ce soit. Sensibilité générale très obtuse d’où l’indifférence au bien et au mal, au fait ou au à faire. »

Alors que pour l’arriéré quelque paragraphes plus loin, il considère que «  Les facultés intellectuelles, considérées dans leur ensemble, existent mais sont retardées notablement au-dessous des facultés de la norme. L'attention laisse beaucoup à désirer, toutefois il est possible de la fixer, au moins pendant quelque temps: ce temps augmente si on varie les occupations intellectuelles. La réflexion, la prévoyance, n'existent qu'à un faible degré. La conception est lente, la mémoire paresseuse : les arriérés n'apprennent que par période. Ils ont des penchants particuliers, des aptitudes spéciales. Leur intelligence se manifeste principalement pour tout ce qui est relatif à ces penchants ou à ces aptitudes. On doit en profiter et s'en servir pour agrandir leur champ intellectuel. Parmi ces aptitudes, relevons les réparties piquantes, les saillies plaisantes, les manières joviales qui caractérisaient, par exemple, les malheureux qui remplissaient autrefois la fonction de fou du roi. Ils ont des sentiments moraux, de la gaieté, de l'affection familiale. Ils possèdent à un certain degré la notion du devoir, l'esprit d'ordre. Leur regard a peu d'éclat, mais ne fuit ni ne se perd dans le vague. Le mouvement, la marche, la préhension, la sensibilité générale, la sensibilité spéciale, sont en général intacts. Au point de vue physique, les arriérés offrent des stigmates de dégénérescence moins nombreux et moins prononcés que les imbéciles et surtout que les idiots. »400 F 35879828 lny2SKOOho5YEjiOr6FztlacvzoWsmmU

En quittant l’échoppe, non sans avoir livré mes explications sur mon nécessaire vote pour Hollande, sur le plan qui est celui du Front de Gauche, et sur les étapes qui conduiront au grand chamboule-tout, que peuple et circonstances appellent, je m’aperçois que nos deux inviteurs étaient psychiatre pour l’un et psychologue pour l’autre….

Je suis pourtant désormais certain d’avoir croisé un dément et une arriérée !

 

 


 

 

Commenter cet article

BOUTHILLON 06/11/2012 12:09


Extraordinaire portrait d'un asile de fous ! Ce pourquoi il ne faut plus se mélanger avec eux...