Michel Naudy l’enquête inachevée…..

Publié le par letang-moderne

 

naudy.jpgComme le chantent tous les pisse-copie de la corporation, selon la dépêche AFP, les gendarmes toujours formels privilégieraient (noter le conditionnel) la thèse du suicide...

Bon, les gendarmes, c est bien connu....

Mais les journalistes, ces génies indispensables au bon exercice de la démocratie…

Ces gens qui devraient (noter le conditionnel) être si prompts, si dévoués, pour nous aider à comprendre, à appréhender la réalité pourquoi nous ne parlent-ils pas de l enquête inachevée de Michel Naudy.

Il n était pas que moustachu Michel, il n'avait pas que l accent de la rocaille échappée du flot d'une rivière ariégeoise...

Ça vous le savez tous, vous l avez lu partout....

Vous êtes moins instruits sur les dix-sept années de placards que la direction indépendante de France télévision lui à fait subir, membre de la rédaction nationale sans affectation...

Parce que voyez-vous, chez ces gens tout plein d éthique on ne peut pas être journaliste et communiste. C est dangereux un communiste !

Ce n'est pas comme un Plantu qui se goberge des prix que lui remet le Qatar, ce n'est pas comme un Dominique Renyé qui fait la leçon tous les soirs chez Calvi et qui est le directeur du Think-Thank de l’UMP, la  FONDAPOL...

Non, non un journaliste communiste, avec en plus le goût de l enquête ne fait pas partie du même monde, que les mouchards du nouvel Obs , que les courtisans du club de la presse!

Ainsi pour connaître de l'enquête que menait, il y a quelques jours encore, Michel Naudy et si vous ne faisiez pas parti des heureux abonnés de la lettre du cercle Lakanal , alors vous vous devez d’être très actif sur la toile et faire chauffer votre moteur de recherche favori.
Peut-être, que comme ca,  tomberez-vous sur  cet article édifiant, où l on apprend que Michel aurait prononcé cette phrase à un ami proche " si un jour tu apprends que je me suis suicidé, demande une enquête"

Mais que craignait-il donc, retiré dans ces montagnes, son accent, sa moustache, patati et patata...

C'est que ce goût de rechercher la vérité et de la dire, celui que Jaurès appelait le courage était toujours ancré aux tréfonds de son être, celui qui avait tatoué au revers de son poignet le symbole meurtris de l indépendance solidaire n’avait pas abandonné sa passion du journalisme d enquête, banni des télés et des rédaction parisiennes, prisonnier politique de France télévision, il avait, tout près de chez lui, découvert et dénoncé, une sorte de carambouille ariégeoise mêlant le personnel politique local, des investisseurs peu regardant, des gros bras, le tout récemment orchestrée par un ancien militaire de la DGSE....ariege.jpg

C’est en effet dans son journal Lekanal  qu’éclate l affaire de CRP consulting et de la CAPI affaire dont vous pourrez connaître tous les détails içi et qui conduit à plusieurs mise en examen d’élus socialistes dont le Président du Conseil Général de l’Ariège. Cette affaire est très récente puisque vous en trouverez le compte rendu du parisien.fr de 27 Octobre dernier.

Qu’ ‘est -il donc arrivé  dans cette agence, qui  en pleine déconfiture choisit de mettre à sa direction le dénommé  Alain Juillet, ancien membre actif, parachutiste du service action de la DGSE au sujet duquel le Canard enchainé écrivait le  31 juillet 2011, ce n’est pas si vieux, qu’il était à l’origine des engloutissements de presque 28 millions d’euros investit en deux ans par la DGSE en divers placement malheureux….

Il  y a, à l’évidence, dans cette affaire, où tous les dossiers d’investissements portés par la CAPI se sont soldés par une série record de faillites  avec un coût financier  et humain colossal une zone d’ombre trop importante pour   que nous nous contentions des « copié- collé » de dépêches AFP.

le-roman.jpgVendredi, les cendres, de celui qui écrivait, dans un roman policier que je vous invite à lire « Le pas du Parisien » seront rendus à la montagne.

Michel écrivait dans ce Polar : « Tout ce qui arrive ici n'est pas raconté : ce sont des bouts qu'on se dit en marchant, un bout, un pas devant l'autre, et un, et encore qui se suivent comme les jours, un jour oui, un jour non, un jour jamais, et ce jour qui sera le dernier. J'ai un copain qui avait pris ce nom : Jamais... »

Ce livre raconte, par petites touches, les chroniques d'un village des Pyrénées : la guerre civile espagnole, le dernier conflit mondial avec ses résistants et ses miliciens, la vie d'aujourd'hui et d'hier. Mais c'est aussi l'histoire d'un double meurtre, une fusillade dans la montagne et, petit à petit, le récit et l'explication de l'énigme. Aucun doute, ici le personnage principal est bien la montagne et son histoire à travers de petites anecdotes qui paraissent, au début, sans liens entre elles. A la fin la vérité éclate…

Journalistes penchez vous sur l’enquête inachevée de Michel Naudy ! 

  

Commenter cet article

Jean-Pierre Petitguillaume 13/12/2012 14:08


Je suis en total accord avec ce que tu écris. L'unanymisme sur la seule thèse du suicide de Michel me parait plus que suspecte. J'étais le cofondateur du cercle lakanal avec Michel, et c'est
à sa femme Marie qu'il avait confié que si on le retrouvait suicidé, il conviendrait de demander une enquête approfondie. Tout démontre au contraire que les enquêteurs ont été vite en besogne en
privilégiant seulement la thèse du suicide. Les scellés n'avaient même pas été placés pour interdire l'accès à la maison. Si tu veux en savoir davantage, tu peux me contacter par courriel et je
te donnerai mes coordonnées téléphoniques.


Salut et fraternité, Jean-Pierre Petitguillaume