Les mouettes et la poubelle…. les vents mauvais du lepénisme !

Publié le par letang-moderne

Souvent la mouette rieuse se laisse porter par les vents épais, souvent la mouette  s’éloigne plus qu’elle ne devrait de la mer…1310109

Le vent la pousse hors de ses limites au bord des poubelles des grandes villes, réduite à percer les sacs plastiques, pour manger des sardines à l’huile que les Hommes lui ont volées. 

Ce n’est pas le destin des mouettes de glaner dans les détritus de l’hyperconsommation urbaine, ce n’est pas l’aspiration du goéland de voisiner avec les pigeons !

Le vent dominant, la facilité et l’habitude… la faim  ont vite fait de transformer le plus élégant oiseau des mers en clochard des villes !

Depuis trop longtemps,  les chaudronniers ne chaudronnent plus, les mineurs ne minent plus, les marins restent sur le quai, les sidérurgistes ont froid, les enseignants ont été humiliés, les cadres et les techniciens ont vu leur intelligence mise au service de la finance  alors qu’elle était profilée pour l’invention et le progrès !

Les vents  de la pensée dominante nous ont conduits dans cette situation, c’est à nous que l’on demande ne pas se soigner, c’est nous qui coûtons trop cher à la sécurité sociale, c’est nous qui devons travailler plus … pour gagner quoi ?

Les vents du libéralisme, les énergies libérées, les pôles d’excellence, les clusters de « mesdeux, » l’indépendance des cabinets qui se gavent, l’indépendance de la banque centrale  européenne, nous ont mis à genou ! Indépendant de qui ?

 Les vents mauvais du prêt –a- penser, s’incarnent dans des concepts creux inventés par des pauvres types qui se croient politologues alors qu’ils sont marchands de bouillie !

 

cretin

Perinneau,  pascal de son prénom,   a inventé  ce fumeux «gaucho-lepénisme » et depuis ils sont tous là a répéter sans cesse que les ouvriers votent le Pen !

Qu'une proportion importante d'ouvriers vote FN ne signifie pas qu'une proportion importante des votes FN provient des ouvriers. 

Dans le dernier recensement, on a compté 24% d'ouvriers dans la population active, soit environ 6,6 millions. 

La population âgée de 18 ans et plus s'élevant à 50 millions environ, les ouvriers n'en constituent donc que 13%. 

Comme cette catégorie sociale s'abstient un peu plus que la moyenne et comporte plus d'étrangers, l'électorat ouvrier se monte au plus à 13% de l'électorat total.

Que 25% ou 35% des ouvriers votent FN signifie en terme de suffrages 3% et 4% du total.

Marine Le Pen étant créditée de 17 à 21% des voix selon les instituts de sondage, les ouvriers représentent donc entre un quart et un cinquième des électeurs du FN. 

Il serait instructif de se pencher sur les trois quarts ou les quatre cinquièmes restants……

 Ces non-ouvriers qui forment le gros de la troupe lepéniste.

Fainéants !

Pourquoi vous n’ analysez pas ?  Pourquoi vous ne nous dites pas qui sont les autres  quatre cinquièmes qui votent pour le Pen !

Pourquoi ?

Parce que ca vous plaît de mettre la classe ouvrière à coté d’une poubelle !

Marine le Pen avec son programme absurde de sortie de l’euro, Marine le Pen  avec son obsession phobique de la chasse des étrangers ! 

Marine le Pen et son « bolleto » de 200 euros !  

Plus c’est crasse, plus c’est minable et plus ca correspond à l’image que vous voulez donner de la classe ouvrière !

Vous avez peur ! 

Peur de la classe ouvrière tant au fond vous savez combien vos crimes sont odieux ! 

Quand la réalité ne correspond pas  à vos désirs, vous soufflez le vent du mensonge, de la manipulation, politologues d’opérette mais ténors de la grande escroquerie vous caressez votre ventre de sybarites en nous imaginant là, agglutinés, picorant des idées dans la poubelle de Le PEN !

Salopards ! Menteurs ! 

C’est vers la mer que nous allons ! Le grand large! Fidèles comme le fleuve à la source de notre combat, c’est épris de justice, de liberté et de fraternité, que nous allons tranquillement avec notre Front de Gauche construire le changement qui vous fait tant peur !


la-mer.jpg
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article