Le vote utile c’est le vote Mélenchon!

Publié le par letang-moderne

Quelle est donc cette étrange histoire…  Que n’ayant jamais changé de cap, je me retrouverais  à la gauche radicale tout comme cette belle chemise de mes 20 ans ne sachant pas  distinguer avec précision  celui qui a grossi de celle qui a rétrécie !

 

De mes 16 ans en 1980, j’ai le gout de la liberté face à la norme, de l’être

talence-

face à l’avoir !

De mon engagement au JCR, à la construction de la jeune gauche, des comités de soldats à la fondation du MDC, de mon opposition à Maastricht, des comités pour le non au Parti de Gauche, toujours le même sillon creusé, celui de la révolte et de l’amour de la liberté, oui il existe et nous le savons, un chemin pour le socialisme démocratique, émancipateur, créateur et distributeur de richesse... 

Il revient aujourd’hui à nos oreilles la musique des années 1978, celle ou on pouvait espérer que la gauche nous décevrait pas.

30 ans après", c'est évidemment le souvenir du 10 mai 1981 et la victoire de la gauche après 23 ans de droite  qui m’interpelle aujourd’hui.

 Tout récit sur le passé est un récit du présent » nous dit jean Luc Mélenchon dans son intervention sur un «  bilan raisonné » des  années 81

Mai 68 avait  abouti sur l’échec de la gauche faute d’« un projet de conquête du pouvoir ».

La retraite à soixante ans, la cinquième semaine de congés payés, l’abolition de la peine de mort, l’augmentation des minima sociaux, la hausse du smic ou les lois Auroux sur les conditions de travail, sont autant de satisfactions face aux aspirations de radicalité que portait le mouvement de 1968 !

Donner du sens à l’aspiration populaire voilà la grande victoire de 1981.

 Intacte, prête a ressurgir à tout moment pour peu que nous sachions ramasser les braises, là où le PS les a enfoui dans l’inconséquence corporatiste d’un syndicat d’élus, et là où l’extrême gauche intelligente et propulsive ( la LCR) les a abandonné dans une dérive sectaire, gauchiste et suicidaire, que pourtant, sur un grand mal entendu , le NPA avait réussi à éloigner le temps d’une campagne pour la constitution européenne.

Bien sûr François Mitterrand s’adapte parfaitement au présidentialisme caractéristique de la Ve République en supervisant l’ensemble et en privilégiant souvent les rapports personnels dans le choix de ses collaborateurs, sans jamais que cela se fasse au détriment des compétences. Le nouveau Président imprime ainsi sa marque à l’exercice du pouvoir et détermine une « méthode Mitterrand ».

La 6 éme République est oubliée et la refondation du contrat social entre la nation et le peuple  sera la grande absente du changement.


 Pourtant, la transition menée par les socialistes est habile, sans heurt, et bien réelle. Comme le chante Barbara : « quelque chose a changé, l’air semble plus léger, c’est indéfinissable […], un homme, une rose à la main, a ouvert le chemin, vers un autre demain ».

Le front de gauche porte aujourd’hui cet espoir, ceux qui veulent bien se donner la peine de regarder de près verront combien nos propositions rencontrent les attentes des millions de Françaises et de Français qui misèrent  sous la pression de trop faibles revenus, ils entendront la voix des mal logé, des mal chauffé, des mal éduqué que l’imbécile règle de contraction des dépenses publiques laisse sur le bord de l’émancipation.

Ceux qui regarderont de près les milliers de femmes et d’hommes qui se pressent à chacune des réunions publiques du Front de Gauche croiseront pour de vrai, le regard de ceux qui espèrent d’un monde meilleur, et qui pour la première fois depuis 15 ans, presque une génération, se disent, de plus en plus fort que c’est possible !

Non nous ne voulons pas donner du sens à la rigueur !

Nous allons reprendre la route du changement là ou en 1983 les grandes conquêtes sociales ont été  stoppées : retraite à 60 ans, cinquième semaine de congés payés, augmentation du SMIC, etc. c’est cette route que nous nous proposons de continuer…

Ni populisme, ni cabinet noir, camarades et amis socialistes, abandonnez vos chefs qui ont cessé de réfléchir pour se vautrer dans la stupidité crasse…

Battez-vous pour vos idées, affirmez avec nous qu’il est possible de récupérer les marges financières que la capital a volé au travail durant les 20 dernières années, rompez avec les compromis pourris que vos grands élus vous font gober, osez refuser l’argent public aux grands groupes qui licencient autrement que dans le discours ! Usez de votre intelligence pour défendre l’école de la République contre les lois fallacieuses même quand elles portent le nom de Jack Lang !

Le changement est là  à portée de main…. Les libéraux et leurs traités sont disqualifiés, ils ont même cassé le rêve européen ! Il ne restera plus rien de nos espoirs si demain nous n’affirmons pas clairement notre volonté de changement !!

Le Front de gauche est là pour ça ! Le vote utile c’est le vote Mélenchon, vos chefs se trompent aujourd’hui comme hier, lorsqu’ils faisaient voter la constitution européenne conte l’avis du peuple, contre votre avis !

Rassemblons-nous, divers et semblables, rassemblons-nous, écologistes et socialistes, rassemblons-nous, communistes et libertaires, rassemblons-nous car la gauche n’a pas le droit de perdre ces élections.

Jean Luc Mélenchon à fait rire toute la France en comparant François Hollande à un capitaine  de pédalo, il était pourtant bien en deçà de la vérité…. Hollande est le capitaine du Titanic ! Il est encore temps de changer de cap !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article