Le premier Mai n’est pas la fête du travail mais celle des travailleurs (ses)

Publié le par letang-moderne

doquet.jpgTristes individus qui emboitez le pas de fascistes de tous poils, qui voulez depuis si longtemps dénaturer cette journée de lutte et de mémoire.

C’est le premier Mai 1886, dans une manifestation rassemblant plus de 200 000  travailleurs  que les syndicalistes américains obtiennent la journée de 8 heures !

En 1890 en France, les manifestants du 1er mai arborent un triangle rouge, triangle isocèle, qui symbolise les trois temps égaux d’une journée, 8 heures  de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs.

Il sera  tour à tour remplacé par une fleur d’églantine, puis synonyme du printemps, par un brin de muguet enrubanné de rouge !

Nicolas Sarkozy et sa fête du vrai travail renoue avec une bien  triste tentation des droites françaises,  celle de nier le droit des ouvrières et des ouvriers en s’organisant collectivement pour porter leur revendications.

Il n’est pas abusif de dire qu’il rejoint ainsi la tentation pétainiste d’une société débarrassée des intérêts de classes.

En effet c’est, pendant l’occupation allemande, le 24 avril 1941, que le premier mai est officiellement désigné comme la fête de travail ET de la concorde sociale, il y a dans cette volonté le but de défigurer, de détourner, de délégitimer les luttes du monde du travail.

Les permanents syndicaux deviennent de dangereux agitateurs, des semeurs d’illusions, des causeurs de malheurs !

L’Etat Français de Pétain et de Laval, les troupes nazies d’occupations et le ministre pétainiste du travail René Belin (ancien militant socialiste de la CGT) n’ont jamais réussi à nous empêcher de manifester !1er_mai.jpg

Le 1er mai 2012 se retrouve donc de nouveau menacé, menacé dans ce qu’il est réellement, c’est à dire une journée de solidarité internationale, et de revendications, de progrès et d’avancées sociales !

Le Front de Gauche entend tout mettre en œuvre  pour qu’éclate avec force la solidarité que l’on doit à nos sœurs et nos frères  Grecs, Portugais, Espagnols, Italiens, Hollandais qui nous précédent de quelques semaines sur la route meurtrière des politiques austères et anti sociale.

 Oui le premier Mai 2012 sera un moment de solidarité internationale pour une nouvelle répartition des richesses en Europe, sera une démonstration de force contre la finance et son appétit dévastateur.

Journée de solidarité donc, mais aussi journée de revendication, comme à son origine, nous exigeons, la réduction du temps de travail et l’effectivité des 35 heures, nous exigeons la retraite à 60 ans, et des salaires de dignité !

Le premier Mai n’est pas la fête du travail et de ses blessures, de son injustice et de sa brutalité, le premier mai n’oublie pas les 600 morts annuels au turbin ! Les 500 suicides dus aux conditions de travail, les innombrables maladies professionnelles et les milliers de mutilés sous l’hôtel de la rentabilité !

Le premier Mai est la fête des travailleurs et de leurs luttes, la lutte du moment pour l’ensemble du monde ouvrier c’est de chasser Sarkozy et sa bande de néo-pétainiste ! Les chasser ! C’est l’urgence absolue pour  stopper la grande marche en arrière qu’ ‘ils entendent faire subir au pays !

Allez casse toi pov’ con !

casse-toi-pov-con

Commenter cet article