Le cheval de Findus… et Benoit Hamon

Publié le par letang-moderne

ourasi.jpgBien sûr, il y a ce film : « le  cheval de Turin » ce moment étrange où Nietzche perd la raison en embrassant une vielle carne coursière. C’est l’histoire d’une ferme et d’une fille, d’une vieille charrette et de sa pauvre rossinante. La tempête qui va souffler fera tout disparaitre.

Nous n’avons pas attendu les Roumains pour achever les chevaux, et les Spangheros, célèbres bouchers rugbystiques du sud-ouest,  dont l’ainé de la fratrie Laurent  est le  propriétaire de la boucherie industrielle acronyme ont depuis belle lurette acquis la réputation d’hacher menu !

Pourtant dans cette affaire ou Poly termine  en ravioli, il semble bien que la traçabilité des produits, dont nous rabâchent  l’Europe et les mags- conso de nos braves télé  ne soit pas du tout la cause du sale destin  équin.

Car enfin, si la traçabilité n'était pas fiable, jamais personne ne se serait aperçu que derrière la bolognaise Findus se cachait la complainte lancinante d’un pauvre petit cheval blanc. La traçabilité existe, mais dans  ce  monde de concurrence sauvage, de course effrénée au  bas cout, tout le monde s'en fout.  La traçabilité, c’est une fiche écrite en roumain, envoyée sous enveloppe kraft à un magasinier gallois qui écoute « horses » de Patti Smith à donf dans son  iPhone 4. Et qui la range au fond du  dernier tiroir  du meuble métallique et poussiéreux du bout du hangar !

Dans ce monde  où les trafiquants de mots, les voleurs d’histoire confondent Robespierre et les nazis, appellent  accord sur la flexibilité un diktat patronal, à l’heure où l’on nous explique que le contrat  doit remplacer la loi, qu’enlever un milliards d’euros à l’aide humanitaire aux plus démunis des européens  est un élément constitutif d’un plan de relance pour la croissance….il n’ y a rien d’étonnant  à ce que l’on essaie de nous faire prendre Ourasi  pour une bonne vielle limousine !les-paysans-de-maramures-roumanie-europe_87675.jpg

Cette logique est celle des traders !

Un trader c’est un type, devant un ordinateur, qui attention les yeux, opère sur les marchés ! Il achète et vend des actions, obligations, produits dérivés... du riz ou du blé, des carottes et des armes, des missiles et des drones, du bœuf et du cheval !

Il vend le gonze, il vend tout ce qui lui tombe sous le clavier  il vend sur tous  les marchés pour son propre compte ou pour celui de son employeur. Dans notre histoire, c’est un trader néerlandais qui via un collègue chypriote a flairé le bon coup ! Du bœuf de première classe au prix de la bidoche pour animaux !!! Ils vont être contents de moi chez les Spanghero frères !! Faut dire que pour un trader moyen, il n’y a rien de choquant à découvrir un cours aussi bas de la viande, tout le monde connait le salaire moyen du paysan des Maramures (moins de 150 euros mensuel). Alors du bœuf de Roumanie à ce prix ! Je prends, je prends ! Mettez m’en 12 containers.

C’est cette logique qui conduit à ces aberrations, pas un défaut de la traçabilité, c’est cette logique qui  fait rouler des milliers de camions sur toutes les voies d’Europe, c’est cette logique qui affame le peuple roumain et fait payer de la  carne au prix de la viande aux consommateurs de Londres ou de Paris !

C’est cette logique qui marchandise tout, qui aliène les agriculteurs en même temps qu’elle pille les consommateurs…C’est  la logique du profit.

benoit-hamon.jpgDans cette affaire on aura appris une chose importante, Benoit Hamon est ministre ! En plus il est ministre de la consommation et personne ne le savait ! On aura donc appris une chose et eu la confirmation d’une seconde : Quand le ministre nous parle de cette affaire il nous parle de traçabilité quand le sujet et de contraindre la folie des marchés et de leurs appétits dévastateurs !

On le savait déjà Benoit Hamon n’est pas un cheval de course ! A quand la mise en place  d’une traçabilité  sur l’origine socialiste  des ministres du Parti Sournois ?

 

 


 

Commenter cet article

réparation iphone 4 24/06/2014 05:05

Merci très beaucoup pour cet extrait de littérature. Continuez.

Fleury 10/02/2013 18:09


Etrange destin pour ces chevaux sauvages du delta du Danube que de finir en parmentier à micro onder. Voyons voir si "les règles du marché" ont été respectées dit benoîtement le Ministre.
Contrôlons en amont.


Mon marché à moi ce matin sentait le parapluie mouillé, rien à voir avec l'odeur du marché au fric.