La politique de Hollande n’a pas de visage, l’austérité défigure l’Espagne !

Publié le par letang-moderne

1252799286_ae246cb471.jpgAu conseil national du Parti  « Socialiste », hier, on attendait, enfin pas moi, les contributions. Les bouilles étaient réjouies, chacun avait mis le masque du sérieux sur son minois. Quelques frimousses ravies, deux ou trois trombines renfrognées qui osent présenter un texte humblement et subrepticement hostile au nouveau traité européen, et puis le museau furtif de Filoche, qui n’hésite pas à déposer  une proposition tout à fait  iconoclaste, un concentré de mécréance, un sacrilège !

vous pouvez la lire içi on dirait un copier/coller

Mais dans ce défilé de gueules, les maquillages des uns et des autres n’ont que peu d’importance, la véritable physionomie du parti dit socialiste prend la forme d’une  trombine rude, rigide et sévère,  issue de l’union consanguine de Jean Marc Ayrault et de Martine Aubry. Arrêtez donc les benoit, cessez les Gérard ! Suffit les Marie Noëlle, à la niche Henri, ferme la, Jérôme !

Avant même le congrès, voilà le nouveau secrétariat ! Voilà la contribution signée de 70% des parlementaires, 90% des présidents de conseils généraux et régionaux, 99.8% des ministres, 100 des gens sérieux !

Alors profitez et taisez-vous, les militants ne sont pas convoqués à un débat, à un congrès, ils sont invités à un pot pour fêter la victoire ! Préparez  vos profils de  noces et de bombance, à Toulouse il y aura du Fronton pour tout le monde ! …. Non pas toi Filoche….

Il y a soixante-seize ans, jour pour, quelque part en castille, le Général Mola, mettait en exécution ces plans macabres pour assassiner la République. Le 18 Juillet 1936, persuadé qu’il s’agissait d’agir vite, le stratège félon déclarait : « Il faut avertir les timides et les vacillants que celui qui n'est pas avec nous est contre nous, et sera traité comme un ennemi. Pour les compagnons qui n'en seront pas, le mouvement triomphant sera inexorable. » . Son but était de renverser les autorités républicaines, bien sûr, mais aussi, de museler, de détruire, de faire taire les leaders politiques et syndicaux. On connait la suite… dès les premières heures du coup d’état,  25 000 militants politiques et syndicaux sont jetés en prison, les militaires loyalistes et républicains sont jugés par des conseils de guerres, condamnés pour rébellion et fusillés.6163674836_a0164b2d5d.jpg

Il ne fallait pas compter sur Valls pour rappeler cette histoire au détour du conseil national du parti  « socialiste » tout occupé qu’il est à mettre en place, à peaufiner les dispositifs de collaboration policière avec la garde civile. Parce qu’il y a du boulot en Espagne en ce jour anniversaire de la trahison réactionnaire de la bourgeoisie espagnole. Car sans attendre, ce jour du 19 juillet, journée nationale de manifestation contre l’austérité, des milliers de salariés, des fonctionnaires (pompiers, policiers ou infirmiers) ont rejoint la lutte héroïque des « gueules noires ». Chômeurs ou retraités par milliers ou en petits groupes, ils manifestent de jour comme de nuit, bloquant les autoroutes, s’appropriant les places publiques, et faisant face à une répression d’une violence inouïe avec des tirs à balles réelles comme vous pourrez le lire, ici ,dans le toujours très renseigné lecridupeuple.

La finance, contrairement à ce que disait le président de la république, au Bourget,  a bien un visage, c’est celui du plan d’austérité européen que le MES est en train d’imposer à tous les peuples du continent, à coup de matraques et de lacrymos, si il le faut. Avec des rafales de balles réelles si vous n’entendez rien. En Espagne il y a bien sur les mesures habituelles de ces cancres de l’économie, hausse de la tva de 4 points, réduction de 50% des indemnités de chômage,  suppression du  treizième mois pour les fonctionnaires, hausse généralisée des loyers garantit par l’Etat (hlm) mais il y a et aussi le retour des restrictions des libertés.

Je n’en reviens toujours pas qu’une mesure aussi grave et liberticide que l'interdiction de sortir du pays pour les bénéficiaires de l'allocation de base allouée aux chômeurs n’entraine pas aussitôt une réaction du ministre des affaires étrangères, ou au moins une contribution d’indignation spontanée des militants socialistes !

1029481678_98776f3a8c.jpgIl va falloir mes camarades, militants du parti « socialiste », que vous cessiez de faire bonne figure au milieu de politiques indignes dont l’issue est toujours la même. Au milieu des abas et des avalanches de misère qui nous tombent dessus, sous l’ondée de restrictions et de vexations qui sont faites aux peuples, nos épaules ne peuvent plus supporter l’injustice et l’arrogance des puissants. Nous voulions changer la vie, vous voilà en train de l’éponger.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article