Générique de fin, le changement est un mauvais film !

Publié le par letang-moderne

 

182334_457419344269281_1296858815_n--1-.jpgIl y a des nanars qui Font passer 90 minutes presque aimables et dont vous sortez avec le souvenir d’un sourire. Ce n’est déjà pas si mal le souvenir d’un sourire. Et puis il y a la projection clichée, si déjà vue, si prévisible où l’ennui rivalise avec  la grisaille asthénique d’une allégresse de commande !

Le « changement c’est maintenant » entre absolument dans la catégorie des projections inutiles qui font perdre du temps et de l’argent.

Au début, il y a une belle intuition, c’est le changement. La majorité sociologique du pays le réclame, le besoin est fort d’en finir avec les coups de mentons arrogants qui accompagnent la politique de rigueur et de casse, mise en œuvre par Sarkozy et ses entrepreneurs de démolition publique.

Ce qui suit est une sorte de  cascade de clichés, la séquence du SMIC carambar annonce tout le reste, et le reste est à l’avenant !

399275 381600611899653 265414024 nLes poncifs du libéralisme s’enchainent, du plus mauvais goût au plus éculé, le sinistre gag du lien entre l’immigration et la crise fait froid dans le dos. Tout le monde sait bien de toutes façons que  les annonces ne sont jamais suivies d’effets, et que malheureusement, le clandestin continuera de clandestiner, ce qui est terrifiant ce n’est pas que le changement soit sans effet, c’est qu’en établissant ce lien,  il reprend tout bonnement la vieille blague salace du Front National des années 80 : « 3 millions de chômeurs=3millions d’immigrés ».

On n’est pas remis de cette séquence, l’onde fétide des paroles de Valls n’est pas encore évanouie, que suit l’effroyable scène de l’objectif des 3% en 2013. Dans toute l’Europe les néo-liberaux  s’acharnent à la réduction des dépenses publiques, c’est pourtant la mère de toutes les erreurs que de considérer ou de feindre de croire que les déficits publics sont les causes de la crise de l’Euro. L’Espagne et l’Italie qui sont de bons élèves de l’austérité pour tous et pour toujours, présentent des comptes publics en équilibre, et pourtant la dette de l’Espagne est de 70% du PIB, quand celle de l’Italie atteint les 105%.

cout-co1-27a38d1Les banquiers tous puissants imposent aux états et donc aux peuples, des taux d’intérêts dignes d’Al Capone. Ce n’est pas une cure d’austérité qu’il faut mais la construction d’un arsenal juridique européen pour mettre hors d’état de nuire ces spéculateurs avides et immoraux. L’engagement renouvelé de Jean Marc Ayrault de satisfaire à l’exigence de la commission européenne  en ramenant les déficits à 3% en 2013, signifie une ponction dans l’économie Française de prés de 60 milliards d’euros. Cette folie va inévitablement conduire la « gauche » dans le mur, reproduisant à la lettre la politique structurelle de Sarkozy, elle entrainera inévitablement les mêmes déceptions avec en plus le fumet de la trahison. Gros plan sur la Marine, tapie en embuscade, dans la calanque  du cynisme et de la frustration.

Ce film est vraiment à chier, je le savais en plus et pourtant j’y suis allé. J’ai voté Hollande sans même me boucher le nez, les yeux ouverts. Mais c’est édifiant cette scène de ravissement collectif, célébrée par toutes les trompettes médiatiques jouant à l’unisson « l’Hymne à la joie » pour célébrer les 120 milliards hypothétiques censés relancer l’économie européenne. Cette orgie de milliards, 120, rendez- vous compte, ne représente même pas 1% du PIB Européen.  Le volet de croissance qui sera peut-être adossé au nouveau traité est une grosse marrade. Aux Etats Unis, ce grand pays du socialisme gouverné par une alliance « trostko- guévarienne »,  c’est plus de mille milliards d’euros que plan de relance d’Obama a injecté dans l’économie américaine.

Le film du changement s’arrête donc là, je ne vous raconte même pas les gags sur l’uranium au Niger, les forages en Guyane, les lignes à haute tension de l’EPR et les CRS qui tapent sur les militants écologistes, je ne vous raconte même pas la scène du président du puissant groupe parlementaire D’EELV qui reçoit un magnifique bras d’honneur en guise de réponse à sa quête de présidence de commission, tout cela est mal cadré, mal filmé, décousu et incohérent.311544 335368786538816 2090705326 n

Générique de fin… le Front de Gauche n’apparaît pas dans les remerciements, c’est tant mieux car les  3 984 822 électeurs de Jean Luc Mélenchon à la présidentielle ne sont pas des figurants.

Le scénario en construction d’un Front de Gauche autonome et conquérant doit permettre l’irruption d’un nouvel acteur de talent : le peuple !

Commenter cet article

lino83 01/07/2012 11:27


Comme toujours un régal merci Alain