Exclusif ! Le Front de Gauche va bouleverser la donne en Gironde.

Publié le par letang-moderne

newsSudOuestlogo--1-.jpgBon, ca y est, je suis découvert, il ne s’agit pas d’un article de l’excellent Sud-Ouest,  mais une nouvelle livraison de mon billet de blog.

Pourtant, Sud-Ouest qui s’acharne tout au long de cette campagne à ne pas voir les candidats du Front de Gauche dans les 12 circonscriptions de la Gironde serait bien inspiré de  se rendre compte du changement en cours.  Quand le délicieux Sud-Ouest par inadvertance cite le Front de Gauche, c’est immédiatement pour le qualifier de représentant de l’extrême gauche, dans cette XIème circonscription de la Gironde par exemple où Jean Luc Mélenchon a réuni au premier tour de l’élection Présidentielle plus de 8000 voix, soit plus d’un tiers des voix de la gauche ! Si vous rajoutez à ces voix celles de Joly, de Poutou, et  d’Arthaud, (l’ultra Gauche) vous obtenez 11 000 voix, soit plus de la moitié du total des voix de Hollande !

Cet exemple pour montrer combien la bataille de l’interprétation d’un résultat électoral est en soit une bataille politique, quand dans toute la Gironde le candidat du Front de Gauche réalise de remarquables percées électorales, le chroniqueur du journal Sud-Ouest adopte une stratégie : le silence, le mutisme, la négation, l’annulation pure et simple de la réalité !

Il faut savoir, connaître la particularité du journal Sud-Ouest. L’obéissance, la servitude, la vassalité et l’inféodation  sont les éléments constitutifs de sa nature. L’enquête, l’analyse, la confrontation d’idées sont autant de tabous auxquels se soumet de bon gré, du rédacteur en chef à l’échotier, l’ensemble de la rédaction.

Ainsi à Bordeaux Sud-Ouest soutient sans fausse pudeur la magnificence d’Alain Juppé, mais c’est sans fausse honte, qu’il est le plus grand admirateur de Philippe Madrelle (Sénateur PS et président du Conseil Général) dans tout le département. Mamériste à Bègles, Modemisé à Talence, lepénisé dans le Médoc, le journal est sans vergogne, depuis sa création et du lundi au dimanche, définitivement et résolument du coté du manche !

Héritier douteux du système Chaban, pourtant mis à mal depuis quelques semaines, (http://letang-moderne.over-blog.com/article-effroyable-stupeur-a-bordeaux-le-prix-du-vin-s-ecroule-104918585.html ) la rédaction serait bien inspirée de regarder un peu attentivement les lourds changements qui s’effectuent dans le rapport de force de la gauche en général, et de la gauche bordelaise en particulier.

C’est par une dérive toute récente, que la gauche libérale domine le camp du progrès dans le bordelais, c’est par une alliance contre nature que Noël  Mamére a pu ravir aux communistes la ville de Begles. C’est grâce à un vide générationnel, une pénurie d’intelligence, qu’une génération incongrue de fainéants de la fédération du Parti socialiste de la gironde se voit  administrée par des sociaux-libéraux décomplexés, la tradition des socialistes girondins est une tradition populaire, ouvrière, et banlieusarde. De Blanqui,  qui fût candidat socialiste à Bacalan, en passant par le Jaurésien Eugène Dondicol, conseiller municipal de Bordeaux en 1900,  la gauche bordelaise s’ancre dans une tradition  de combat et d’émancipation.blanqui-aged-sketch.jpg

Elle n’est pas si loin la mémoire du sénateur Marc Bœuf, qui incarnait à merveille la pugnacité dans les combats éthiques qui ne sont jamais éloignés de ceux de l’émancipation.

Sud-Ouest, si ce n’était pas la revue des renonceurs, des servis assujettis, des corvéables captifs et tributaires, pourrait ainsi relayer l’appel  que vient de lancer notre camarade Brigitte Comard, candidate du Front de Gauche dans la 2ème circonscription de Bordeaux, http://www.brigittecomard.fr/pour-une-r%C3%A9publique-%C3%A9thique-l-appel/ et faire le lien entre le fil renoué d’une gauche bordelaise ancrée dans sa tradition sociale, héritière des valeurs de solidarité, de laïcité et de progrès. Peut-être ainsi, il pourrait trouver une explication au 13% de bordelais qui ont voté pour le Front de Gauche lors du premier tour des élections présidentielle. Sans doute il éclairerait le lecteur sur le vote populaire massif pour le Front de gauche, dépassant les 20% dans les bureaux du cœur laborieux de la ville comme  la Benauge ou  St Michel….

Les soubresauts de vie politique bordelaise, le jeu de chaises musicale qui chasse une militante pour parier sur un technocrate, le dédain avec lequel le PS bordelais traite ses militants et ses électeurs devrait permettre l’émergence d’un vote authentiquement progressiste qui porte, dans le même temps, la rupture avec un système à bout de souffle et le renouveau d’une tradition socialiste bordelaise abimée par des années de dérives libérales et calculatrices !

75979_3937481686668_755731141_n.jpgVous ne lirez pas non plus dans Sud-Ouest, l’espoir que porte la candidate du Front de Gauche dans l’autre circonscription de Bordeaux, la troisième, ici, Céline Simon affrontera le cumulard Noel Mamère, celui qui avec 3.64% des voix pour sa candidate aux présidentielles dans la circonscription se présente, sans plaisanter, comme le rassembleur de toute la gauche quand jean Luc Mélenchon rassemblait le même jour, au même endroit, 16% des électeurs.

Vous ne connaitrez  rien des vrais débats qui sont au cœur de ce territoire, rien sur la LGV qui défigurera toute la partie sud-est de Villenave d’Ornon alors qu’une étude récente commandée par un collectif d’élus emmenés par nos amis Raymond Girardi et Bernard Faucon-Lambert, tous deux membres de Front de Gauche, démontre qu’une solution moins coûteuse et préservatrice des Hommes et de leur environnement est à portée de main. http://agen-demain.typepad.fr/files/diaporama-%C3%A9tude-claraco-jeudi-2-f%C3%A9v.pdf

Vous ne connaitrez rien des enjeux écologiques sur la ligne de ceinture bordelaise qui permettrait de désengorger Bordeaux de son flot quotidien de bagnoles et dont la clé se trouve avec la réouverture des gares de Villenave d’Ornon et  de Talence.

Vous ne connaitrez rien de la bataille pour le renouvellement, la parité et contre le cumul que mène Céline Simon contre celui qui est maire et député depuis plus de vingt ans et qui souhaite aujourd’hui être Président de groupe à l’Assemblée Nationale, tout en se présentant comme un partisan de la 6ème République.

Vous ne connaitrez rien du double discours de ce spécialiste de l’entourloupe, écologiste à Paris, et qui fait équipe à Bordeaux avec ceux qui votent les crédits de la LGV, soutiennent le tout nucléaire et impulsent des « clusters », rien que le nom m’amuse, pour les drones et les missiles.

Vous ne connaitrez rien du projet Euratlantique et de ses milliers de tonnes de béton offerts à la cupidité des promoteurs. En lisant Sud-Ouest d’hier vous apprendrez que Noel Mamere est en route pour son 4eme mandat et qu’il fait campagne « sans pression particulière sur les épaules » !

Pourtant, pression il y aura, pas seulement dans la seconde ou la troisième de Bordeaux mais dans toute la Gironde ou le Front de Gauche est désormais la troisième force politique du département !header-copie-1.jpg

Le débat que Sud-Ouest ne veut absolument pas   entendre, qu’il veut cacher, le débat qui ne doit pas  émerger c’est le débat du moment. Les électeurs en Gironde comme  en France, se sont maintenant débarrassés de Sarkozy, le vote utile à gauche c’est désormais le vote pour le Front de Gauche, ce ne sont pas des candidats parachutés comme à Bordeaux ou des élus en mal de cumul comme à Bègles qui peuvent porter le message de rupture et de renouveau que les électeurs attendent.

Les candidats du Front de Gauche, en proposant des lois qui iront dans le sens du partage des richesses ou de l’écologie pour de vrai, en s’appuyant sur une radicalité concrète, pourraient bouleverser le second tour prédit… et autoriser le changement… pour de bon !

Commenter cet article