Et si on passait à autre chose ?

Publié le par letang-moderne

game-over.jpgQuand on prend un peu de recul sur le matraquage médiatique on s’aperçoit que l écume de l’information passe aussi vite qu’elle nous matelasse les esgourdes…

DSK, n’est pas président de la République, personne ne s’en plaint, ni le FMI ni les banquiers, sa politique  est à l’œuvre et l’outrageur coule son libidineux désœuvrement sans tambour ni trompette dans un quelconque bordel du sud, paradis de l’indulgence et du mercantilisme…

Pourtant la vague  médiatique qui satura notre information pendant plusieurs mois quand lui vint l’idée de trousser une femme de ménage  sans qu’il n’y est mort d’homme, comme le disait élégamment, le très disparu, sans regret, Jack Lang, est assez comparable à l’incroyable reality- show  que nous servent les média depuis une semaine, et qui pourrait utilement s’intituler : « Devine qui veut gouverner l’UMP… »

Les réseaux sociaux  sont des trucs fabuleux et surprenants. Combien de fois, je suis resté interloqué par l’usage crétin que des ami(e)s pourtant  éveillés font de ces machines à diffuser. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, J’ai vu des malins s’exhiber comme des abrutis, des judicieux,  devenir épais.

L’immédiateté de l’analyse, de la réaction, la  « Warholisation » du jugement transforme l’intellectuel en reporter, le militant du temps long, en esclave de l’instantané…

Au fond, la droite qui se déchire aujourd’hui, saturant l’espace médiatique  de bassesses ordinaires, restitue le moment exact, où le job accompli, une bande de scélérats de la nouvelle droite, cachés derrière Buisson,  en ont terminé de leur besogne. La droite xénophobe et différentialiste, la droite de Sarkozy qui commençait sa campagne présidentielle en exhortant les Français à l’aider  à se débarrasser des corps intermédiaires  (entendez les syndicats, les associations, les journalistes,) a définitivement gagné... La  jonction avec  l’extrême droite est maintenant a porté de main, Fillon qui voudrait faire plus discret, qui aimerait bien que l’on farde un peu cette réalité n’est pas en phase avec la réalité. Il se contenterait bien d’une droite qui s’afficherait comme libérale  européenne et sérieuse, mais il n’a pas compris que le créneau est déjà occupé… par le gouvernement.facebook.jpg

Quand DSK, décide de quitter la vie politique  en ne laissant que quelques taches sur un bout de moquette, c’est qu’en réalité, il sait lui aussi que le job est fait, son job. La ligne libérale d’accompagnement d’un espace économique mondial reposant uniquement sur les bestiales lois du marché et du profit n’est pas que triomphante, elle est désormais admise par l’ensemble des partis sociaux démocrates d’Europe, et par le Parti Sournois qui sévit en France..

Moscovici appelle cela une révolution copernicienne mais c’est d’une éclipse totale  de la volonté de changement dont sont atteints les socialistes français.

Le moment qui se passe sous nos yeux est l’aboutissement  d’un temps long, la victoire momentanée mais bien réelle de l’immédiateté, immédiateté des profits,  immédiateté de l’argent qui préfère la rente à l’investissement, immédiateté du commentaire face au travail qu’appelle l’analyse…

chamboule-tout.jpgLe cliquetis médiatique, le grognement des banquiers, le fracas des bateleurs d’extrême droite, le glouglou des sapins, les vociférations de Valls sont les bruits de la fureur de notre temps…

Les pipeaux de Hollande et d’Ayrault peuvent bien siffloter l’air connu  de ceux qui avancent la tête haute les jeux du cirque ne font plus rire personne…

Et si on passait à autre chose !

Commenter cet article