Et puis quoi encore ?

Publié le par letang-moderne

4134012085_2b435ddee3.jpgIl est là, je l’ai vu ! Il a élu domicile chez moi. Au début il était discret, et puis il s’est mis à retourner les autres, les obligeant  dans une posture de soumission pour que chacun comprenne bien la hiérarchie qu’il était en train de mettre en place…

Il s’est mis à pousser tout le monde de ses petites épaules épinglées au sommet de son buste chétif, juste en dessous d’une tête grotesque  qui lui servait de face...

Ainsi installé au sommet de ce qu’il pensait être ses troupes, le chef s’est laissé aller  à parader, n’hésitant plus  un seul moment  à délivrer ses consignes  à organiser sa petite bande, à récompenser les plus fidèles, à mordre cruellement tous les autres !

C’est que c’est un malin le bougre, en inculquant ce qu’il apprenait de ses vieux congénères, il assurait toute la cohésion du groupe par toute une série de codes sociaux garant du respect de sa place dominante dans leur hiérarchie !

En exploitant les moindres failles de ma propre construction, de ma maison, tout en étant extérieur à notre organisation il en est devenu si proche qu’elle semblerait lui appartenir…

En faisant preuve d’une extraordinaire capacité d’adaptation  il vient de créer  une société toute parallèle à la mienne et entièrement nourrie et blanchie par mes soins, et ce bien contre mon gré !  

La bestiole se nourrit de mon activité !

Véritable réservoir géant de germes et d’idées toutes autant spécieuses qu’insidieuses il répand une grave maladie sur tous mes congénères les transformant en moins de temps qu’il ne faut pour manger un bout de gruyère, en une véritable armée  de  rongeurs qui coupent un à un tous les fils qui nous relient…144394914_9af7fd032c.jpg

Entre lui et moi c’est maintenant définitif, la guerre est déclarée ! Je suis donc très déterminé,  seule une lutte sérieuse adaptée et permanente doit pouvoir permettre d’en finir avec cette prolifération de nuisibles !

Toute ma maisonnée n’est plus que crainte et horrification, maintenant ça suffit !

Il faut que je l’attrape vivant !

C’est là sur le trottoir à la sortie de l’égout que je vais le chopper, ça va faire Spaaaack ! Spaaack sur sa tête comme le claquement d’une mâchoire qui se referme et coupe net  le cou de la sale bestiole !

Les autres, tous les autres, je l’espère seront tellement horrifiés qu’ils s’enfuiront, déboussolés par la perte de leur chef, ils finiront par se battre et se tuer entre eux….

Allez zou ! Du vent de l’air dégagez les salles bêtes !

Je ne vais quand même pas me laisser emmerder par un RAT !

Commenter cet article

Un partageux 08/05/2013 20:44


Je l'ai reconnu ! Il s'appelle Sarkörcher.