Ecosocialisme ou Barbarie !

Publié le par letang-moderne

553484 334880419937389 1182366882 nDonc il ne neige pas dehors. Il faudrait arracher des pépites. Il faudrait les voir. Il faudrait les connaitre.

Nos poings fermés, nos étoiles dans les valises ouvertes devant nos bouches décousues, et les fleurs qu’il faut saisir avant que le collectionneur ne les coupe !

Parisot confirme que les parlementaires n’ont pas à faire la loi, Guigou rencontre  une délégation du parti Ennahda, notre misère s’étourdit de tant de choses improbables. La tâche est immense ce n’est pas toute la gauche que nous nous devons de reconstruire c’est aussi sa morale, son humanisme, sa visée.

Notre Front de Gauche n’est pas une alliance électorale, il n’est pas un caprice  de recalés de l’urne, notre Front de gauche est une affaire sérieuse sans être une métaphysique. Pour la connaissance rationnelle de la nature des choses nous sommes tous instruits d’abord de la grande révolution Française et des lumières qui l’ont précédées,  de Marx et des toutes les luttes humaines pour faire reculer la nuit !

 Non notre front de gauche est modeste, il veut juste  répondre à la menace qui pèse sur notre écosystème humain. Cette menace c’est sa disparition.

Il nous faut rassembler l’épar, perle de sueur par goutte de sang, sur chaque front goute la foudre qui finit par nous faire fermer les paupières. Ici celui-ci  s’immole de la violence qui lui est faite, là on assure la vente du Malien à la découpe : pour un vol une main, pour de l’uranium un peuple. Les qataris assurent le spectacle au parc des princes pendant qu’ils agenouillent en Tunisie, flagellent en Egypte, lapident en Lybie.

La semaine fut glorieuse pour le Président de la norme. Une centrale nucléaire en Inde, une LGV au Maroc, des rafales  peut-être et de l’exploitation de schiste en Algérie. 3 milliards en moins pour les collectivités territoriales et du cash pour AREVA, Alsthom, Dassault, Vinci et Total !

Ainsi va le monde !

Il est plus que temps de faire crever la plaie, d’ouvrir le ventre du monstre et de faire glouglouter leur jus de traitrise. Il n’y aucune étoile à allumer avec nos têtes d’esclaves.

Il nous faut découper les mythes et les bobards, ouvrir la grande marche et que ça saute ! vite !  rafales.jpg

Levons les illusions et les mirages du changement cette voie est sans issue !

Vaille que vaille, la révolution citoyenne, n’est pas une  bataille pour un bout de gras, le réformisme radical que nous construisons se développe partout en Europe. La question que nous devons nous poser n’est pas de savoir s’il y a une ou deux gauche, mais qu’elle est l’orientation majoritaire à gauche !

Et c’est la nôtre ! Ceux qui voteront l’accord-cadre sur la flexibilité ne sont pas les nôtres ! Ceux qui exploitent le gaz de schistes assurent les revenus de Vinci,  subventionnent les dividendes du patronat ne sont pas les nôtres !

Ceux qui rencontrent les fascistes religieux Ennahda ne sont pas les nôtres !

L’époque est un temps forts de la victoire de toutes les forces rétrogrades, l’idée même de la démocratie républicaine  est menacée, la compétition économique, la course aux profits obligent les maitres du monde à remettre en cause les fondements du gouvernement du peuple par le peuple...

L’idée est théorisée par l’école néolibérale de virginie, elle est claire. « Simple si ce n’est simpliste : en démocratie le peuple a intérêt à élire ceux qui leur promettent plus de pouvoir d’achat, plus de services et moins d’impôts ; la démocratie ne peut donc n’être pour ces auteurs  que source d’inflation et de déficit public. Ils en concluent qu’il faut sortir du champ démocratique toutes les décisions économiques notamment monétaires et budgétaires pour les soumettre soit à une macro-règle qui s’imposerait à tous, soit à une institution indépendante de la souveraineté populaire, voire aux deux en les combinant – comme on le voit avec les institutions de l’Union Européenne »

Lisez donc l’excellente note  L’ami Revol dont sont issues ces quelques lignes et vous comprendrez combien l’appareil bureaucratique qui tend à rendre le cours des choses irréversible marque tous les jours des points décisifs !

madame.gifNotre écosocialisme est la réponse efficiente à la vague réactionnaire qui a englouti l’essentiel de la direction mondiale de la social-démocratie, L’urgence écologique et sociale sollicite aujourd’hui de toutes parts les hommes de bonne volonté. Elle commande aussi à batailler fermement dans le débat d’idées pour s’opposer aux incarnations possibles d’une politique réactionnaire dont l’ampleur envahit chaque jour un peu plus la planète et dont le calfeutrage nationaliste constitue l’allié privilégié.

« Il n’est qu’à ouvrir les yeux pour s’apercevoir que la régression est bel et bien en marche. Des signes multiples se manifestent : les États-Unis déploient un mur de barbelés et la garde nationale sur la frontière du Mexique sous l’influence de plus en plus prégnante des propagandistes du choc des civilisations, des adeptes du Conservative Revival ou du « dessein intelligent » antidarwinien ; les évangélistes de la Christian Coalition ressemblent comme des frères aux barbus patchouns ou aux orthodoxes juifs ; en Iran, en Palestine, en Égypte, partout où ils peuvent s’exprimer au Sud, les courants religieux intégristes triomphent dans la mesure où ils apparaissent aux plus pauvres comme leur dernier recours ; la Chine déploie son bond en avant sur un patriotisme exacerbé ; assis sur ses réserves de gaz, Poutine rêve de rétablir la grande et sainte Russie ; en Europe comme au Japon, les modèles sociaux vacillent et des diables fascistoïdes guettent avec leur longue cuillère ; les « déclinologues » (Baverez, Minc, Lelouche, Rouart, Imbert…) tiennent le haut du pavé (ah ! que la France impériale était belle, quand elle jouait dans la cour des grands !), la criminalisation de llavieest.gifa colonisation ou de l’esclavage est relativisée, on imagine traquer le gène de la délinquance chez les enfants de la maternelle, Nicolas Sarkozy prône un ordre musclé tandis que Ségolène Royal en pince pour un « ordre juste »… Assurément, le fond de l’air est vicié. Le mouvement de l’humanité, quoi qu’en disent les « ravis » de la mondialisation, pousse les catégories sociales les plus accablées et les peuples les plus frustrés de la mirifique croissance qu’on leur promet à se bunkériser sur leurs communautés, leurs frontières, leurs identités, leurs traditions qui ne sont souvent que le reflet de l’atavisme ou de l’obscurantisme. » Écrivait Jean- Paul Besset dans la revue entropia en 2006 !

En faisant cette semaine le tour du Maghreb, Jean-Luc Mélenchon contribue  à la modeste et décisive construction d’un universalisme bien différent de l’uniformité marchande et destructrice qui s’est emparée du monde  sous la férule de la mondialisation de l’idéologie de croissance.

Le peuple doit revenir au pouvoir !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

OtaBenga 18/02/2013 17:16


Dans un commentaire numéro 1 à ce billet, j'ai relayé un peu vite une calomnie colportée par certains organes de presse algériens, à propos de la guerre d'algérie. Je me sens un peu pouilleux de
n'avoir pas plus soigneusement vérifié des propos qu'il n'a pas tenus et m'en excuse platement auprès de Mr Mélenchon. Ses propos dans Al Watan sont les suivants : "... J’ai dit devant le
Sénat français que nos armes ont combattu pour un ordre injuste, celui de la colonisation et qu’il était juste qu’elles perdent ce combat. Le peuple algérien et l’Algérie se sont constitués dans
la guerre d’indépendance. Cette guerre il l’a gagnée. Quel genre de vainqueur a besoin des excuses du vaincu ? En avons-nous jamais demandé, après les avoir vaincus, aux Allemands qui nous ont
envahis trois fois en un siècle ? (...) "
En ce qui concerne ses non-dits dans le conflit opposant le Sahara Occidental au Maroc en revanche, je persiste et signe.

morvandiaux 17/02/2013 09:55



sur "Télé libre" Trois ouvriers du site de PSA Peugeot Citroen ont réalisé un clip de rap pour protester contre la fermeture annoncée de leur usine. Les salariés en grève nous ont accueilli
dans leurs ateliers pour mieux nous expliquer les raisons de leur colère. vidéo 7'


http://latelelibre.fr/reportages/les-ouvriers-de-psa-rappent-leur-colere/

OtaBenga 16/02/2013 17:50


Cher camarade, en marge de tes propos, que je peux partager, une ne chose me fait tiquer dans tes lignes de fin, au vu du bilan (grand public) provisoire de la tournée de Jean-Luc Mélenchon au
Maghreb. Je passe avec la prudence nécessaire, sur le "couac"  monté en épingle par la presse algérienne autour de la (demi)repentance de la France pour les crimes commis. Des détracteurs
majoritairement de mauvaise foi se sont jetés dessus comme sur un os, d'accord. Mais ca lui coûtait quoi à lui, de reconnaître que la France a eu tort de faire ce qu'elle a fait, et fait du tort
à d'autres ? Il préfère parler de "guerre civile" plutot que de guerre d'indépendance. Mais que les mots sont lourds de sens, là, c'est terrible ! Dont acte.

De même, je qualifierai de purement diplomatique, de politicienne, mais certainement pas de "révolutionnaire" une attitude qui consiste à ne critiquer publiquement -quitte à y mettre les formes,
mais alors qu' elles le méritent- ni la politique des autorités du pays qui vous accueille, ni la politique extérieure de l'actuel gouvernement français. Cette remarque ne s'applique pas à la
Tunisie, mais à l'Algérie et au Maroc. D'aucuns loueront au contraire la finesse diplomatique de JLM, ou m'objecteront que ce qui compte, c' est avant-tout d'atteindre les objectifs que l'on se
donne : Il s'agissait en l'occurence, si j'ai bien compris, de raffermir les contacts internationaux avec diverses formations de l' opposition démocratique, d'en nouer de nouveaux, et bien sûr,
de promouvoir la doctrine écosocialiste sur le pourtour méditerranéen, sans fâcher...

C'est louable, mais je me pose et te pose la question suivante: Existe-t-il des sujets, à-fortiori parmi ceux qui engagent le sort de peuples entiers, qu'il faudrait s'abstenir d'évoquer ou sur
lesquels on devrait faire profil bas, lorsqu'on est un opposant qui voyage hors de son pays ? A mon sens non.

Silence donc, au Royaume du Maroc, sur le conflit opposant de longue date le régime aux Sahraouis du Sahara Occidental. Cette question, listée dans un compte-rendu en termes aussi chastes que ceux de la presse française quand
elle évoquait les "événements" en Algérie au début de la guerre d'indépendance ("affaires sahariennes" )laisse à penser que le thème a peut-être été "évoqué" hors-micros avec l'opposition
algérienne, marocaine...


Pourquoi, au moment même ou se déroulait sur ses lieux de séjour, à Rabat, le procès de 24 opposants civils sahraouis devant une juridiction d'exception, (taper " procès de Gdeim Izik " dans les
moteurs de recherche) n'avoir pas saisi l'occasion qui se présentait pour y revenir, avec les  formes, (au moins en exprimant une préoccupation pour le respect des droits de l'Homme sur le
versant judiciaire, et en rappelant la nécessité d'un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental sur le versant politique ?)

De toutes les capitales, Alger est celle qui émet les critiques les plus virulentes dans le conflit territorial opposant le Maroc à la RASD au Sahara Occidental. (Remarquons au passage que le
Venezuela et l'Equateur ont reconnu la RASD... voir dépêche plus bas)
Bien entendu personne, surtout pas JLM, n'aura la naïveté de croire que les critiques du pouvoir algérien envers le Maroc sont toutes désintéressées. Mais s'abriter sous le parapluie diplomatique
ONUsien -comme pour le Mali- celà fait avancer quoi ici ? Enfin, que penser d'un politique qui n'assûme pas son vote encore frais (8 février) sur la question sahraouie, au sein d'un Parlement
Européen dont il dénonce à juste titre et à longueur de blog les institutions ainsi, du côté de l'exécutif, que la veulerie diplomatique de son "Haut Représentant pour les Affaires étrangères et
la politique de sécurité" (pas de féminin ?) Catherine ASHTON ? (1)

Etrange conception du socialisme que celle qui ignorerait les légitimes revendications d'autonomie ou d'indépendance de peuples reconnus par la communauté internationale comme des peuples
vassalisés, opprimés, et niés dans leur droit à l'existence par leurs puissants voisins...

A mes yeux ce droit fondamental des peuples à disposer d'eux-mêmes ne se divise pas ni ne se négocie. Ce n'est pas un supplément d'âme. Le respect de ce droit est-il, oui ou non, la précondition
à tout projet d'émancipation? Si oui, il doit donc être défendu haut et fort, là où il se pose, de la Palestine à l'Oural et du Sahara Occidental au Tibet... Il doit faire partie intégrante de
l'ADN du socialisme, y compris en version "éco".

(1)Le 8 février le Parlement européen a approuvé par 283 voix pour, 184 contre et 10 abstentions une résolution sur la 22e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies qui se
tiendra à Genève du 25 février au 22 mars.
Cette résolution appelle à la libération de tous les «détenus politiques sahraouis» et exprime ses «préoccupations» sur les violations incessantes des droits de l’homme au Sahara. Le Parlement
européen appelle aussi «à la protection des droits fondamentaux de la population du Sahara occidental, y compris la liberté d’association, la liberté d’expression et le droit de manifester».
Le Parlement européen a rappelé qu’il était «favorable à un règlement juste et durable du conflit sur la base du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, conformément aux résolutions
pertinentes des Nations unies».

Document: Chavez et la RASDR...

Caracas, 03/09/2004 (SPS) Le Président de la République Bolivarienne du Venezuela,Hugo Chavez Frias, a affirmé jeudi, que son pays "lèvera désormais sa voix pour
appuyer la cause sahraoui", appelant le Maroc à se conformer à la légalité internationale en permettant l’organisation du referendum d’autodétermination du
peuple sahraoui, a constaté SPS sur place.

A l’issue de son entretien jeudi à Caracas avec le Président de la République, Mohamed Abdelaziz, au Palais présidentiel de Miraflores, M. Chavez a
exprimé sa "préoccupation" devant le refus marocain de se conformer à la légalité internationale, affirmant que son pays "va désormais lever sa voix pour
appuyer la cause sahraoui" et exhortant le Royaume du Maroc à "se conformé aux résolutions du Conseil de Sécurité onusien".

"Le Maroc, a-t-il ajouté, doit accomplir son compromis avec les Nations Unies pour chercher une solution qui passe par l’organisation d’un referendum pour que
le peuple du Sahara Occidental puisse décider de son futur".

D’autre part, le Chef de l’Etat bolivarien a condamné le mur de la honte marocain "qui déchire ce peuple, et autour duquel ils (les marocains) ont planté
des milliers de mines prohibées par les lois internationales, pour maintenir tout un peuple sous séquestration complète", assurant que "cet état nous
préoccupe parce qu’il peut baigner de sang cette région" de nouveau, a-t-il souligné.

Le Venezuela "réclamera au monde un appui ferme et consistant des Nations Unies, pour qu’elles imposent le respect des résolutions du Conseil de sécurité et pour
que la voie de l’autodétermination du peuple sahraoui soit de nouveau prise", pour une solution juste et définitive du conflit, a-t-il martelé.

M. Chavez a assuré en outre, que son Gouvernement va déployer une offensive diplomatique "à un niveau international, en Amérique Latine, en Afrique, au
niveau des pays de l’OPEP et en Asie conjointement avec nos amis du monde entier", pour "que la paix soit protégée par la justice" et non imposée "par des
murs, des mines anti-personnels et des troupes d’occupations. Il faut continuer donc à dire non à l’impérialisme et non au colonialisme" marocain dans le Sahara
Occidental, a-t-il lancé.

Concernant les relations bilatérales, le mandataire vénézuélien a annoncé la visite prochaine de son ministre de l’énergie et des mines en la République Arabe
Sahraouie Démocratique, pour une relance de la coopération économique et sociale.

Sorti vainqueur du referendum du 15 août dernier, qui l’avait de nouveau plébiscité, M. Chavez a indiqué que son peuple relèvera l