C’est le 15 Aout, Je te salue Madeleine !

Publié le par letang-moderne

5608196480_6efde5ab2c.jpgLes voilà donc repartis, « croisadant » contre les sacrements  du mariage  inaccessibles aux grâces divines…… oui, oui, oui…. Le mariage même à la mairie, ça les regarde, tout les regarde, les monseigneurs  sont de retour et en ce jour  marial, les radis pourpres prient pour la France !

La famille et la vie, l’amour et la mort, les voici donc en grande tenue, de nouveau trifouillant dans nos lits, enfouissant leurs  sales doigts livides qui terminent leurs mains dodues blanches et moites de ceux qui n’ont jamais travaillé sous nos couvertures, quand vient le moment de l’amour comme quand surgit le temps de la mort !

Barbarin, et Vingt-trois, je ne l’invente pas,  les 2 évêques les plus puissants de France portent dans leur nom la symbolique des assassins, 23 coups de couteaux pour Jules César, quand à l’autre  imbécile archevêque de Lyon, si l’histoire généalogique a fini par lui donner ce nom, ce n’est certainement pas en pensant aux visages des enfants de l’anciennes Egypte, barbarins aux visages d’une époustouflante beauté, mais plus surement aux hordes sauvages semant la mort au fil de leur migration !

Les voilà donc, refusant, niant, combattant le droit sacré de la République et des citoyens, le droit de faire la loi !

 Il n’y va pas par quatre chemins le Barbarin, le voilà expliquant qu’il prie pour éclairer les parlementaires comme si l’on n’avait pas compris, il explicite : « le parlement n’est pas Dieu et la source ultime du bien n’est pas dans l’autorité politique » (cf. le figaro du jour, je ne mets pas le lien, toujours à cause des morpions  dans le cerveau qui guettent le lecteur du figaro)

Rien que ça et pas moins, dans toutes les églises de France aujourd’hui, les carrés hermès et les socquettes blanches, les serre-têtes et vestes en tweed, prieront pour réaffirmer, pour renforcer le pouvoir temporel de l’église, pour  régler nos conduites et nos choix, comme on ordonne un couvant, comme on régit une troupe de scouts en shorts !

Le mariage est une réalité merveilleuse et fragile continue le pontife décomplexé, le dénaturer serait effectuer une rupture de civilisation…….

Mais de quelle réalité parle ce zouave ?

De notre volonté d’ordonner nos amours comme bon il nous semble ? Avec ce contrat républicain  qu’est le mariage…. Non il est déjà bien en avance dans sa Reconquista, il parle du sacrement de l’église comme s’il s’imposait naturellement à nous tous pauvres brebis égarées….

2539252396_bc41893a8d.jpgSaisissons bien, l’offensive qui est à l’œuvre, maintenant que nous finançons publiquement leurs écoles et leurs crèches, leurs processions et même leurs messes, maintenant qu’il est devenu tout à fait iconoclaste d’affirmer que l’argent public ne doit servir que les intérêts publics, dès lors que par notre impôt  nous avons d’une certaine façon normalisé leur délire illuminé,  ils entendent retrouver ce qu’ils appellent la civilisation…. Leur civilisation !

Celle du chanoine de Latran qui fait du curé un être bien supérieur à l’instituteur, quelle est belle la civilisation des enfants à genoux, tout près de la pierre chaude, expiant leurs crimes  avant même de les avoir commis….  Ne crie pas, ne pleure pas, laisse toi gagner par l’amour de ton père…. Je m’égare à peine, car les derniers mots de l’interview du père barbare sont sans équivoque : « il arrive de devoir dire non aux enfants, c’est pour leur bien, et au nom de l’amour ! »

En ce quinze Août de l’an de grâce 2012, je te salue Madeleine fille inventée par la mythologie chrétienne. Toi qui n’est ni Eve ni marie mais qui ressemble aux deux, toi que l’on a imaginé pute aux cheveux longs, pécheresse et pénitente, tu es le chemin et la porte qui permets aux filles d’Eve de devenir les filles de Marie, un ave et trois pater et hop le tour joué !

Invention machiavélique de la Madeleine, qui entre Eve et Marie permet la trilogie de l’image de la femme, sévère corset de la restriction de la morale sociale !

La femme ne peut être qu’une sainte ou une femme perdue, il n’y a pas de place pour l’uranien, le gay, l’homo, la tafiole ou la goudou… !  Pas de places, pas de mots, pas de qualifications, des sobriquets, des images, presque des insultes…. L’amour des hommes et des femmes n’est pas leur affaire, elle ne se conçoit que dans le sacre ou le péché……

Le consentement  non plus n’est pas un souci pour les barbares des cathédrales, sinon ils passeraient leur temps inutiles à prier pour les victimes des crimes dont ils sont coupables….. 

285622089_571f5f760c.jpgJe te salue Madeleine, puisses-tu me protéger de dieu et de ses émissaires, ses commissaires et ses prêtres, ses bricoleurs de l’âme et ses directeurs de consciences….. Que je m’en aille où et quand ça me plaira, quand il fera beau ou même quand il pleuvra. Explicateurs de l’inexplicable et réfutateurs de l’irréfutable, négateur de l’indéniable, Barbarin et assassins, j’éteindrais la Lumière quand je le voudrais !

A midi le quinze août, place de la concorde, immobile et debout, une jeune fille de seize ans, toute seule et sans un sou, à jeun perdue et glacée….

A midi le quinze août c’est à Jacques Prévert que je songe !

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article